Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 23 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
536
Hier :
521
Semaine :
1057
Mois :
8409
Total :
3391589
Il y a 4 utilisateurs en ligne
-
4 invités


QUE LE JEUNE SOIT TON MEDICAMENT ET TON MEDICAMENT SOIT TON JEUNE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mardi, 20 Novembre 2018 01:54

Message prêché le mardi 17 avril 2018, au Tabernacle le  Chandelier d’Or, Cocody – Angré ; Abidjan ; RCI ; Matin.

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

 

Bonjour.

Voici le thème que je voudrais aborder avec vous aujourd’hui : QUE LE JEÛNE SOIT TON MEDICAMENT, ET QUE TON MEDICAMENT SOIT LE JEÛNE.

Hippocrate, le plus grand Médecin de tous les temps dit : « Que le jeûne soit ton médicament, et que ton médicament soit le jeûne. » Ainsi soit-il, aux siècles des siècles !

Dieu, dans Sa grande bonté, et soucieux de notre bien-être, nous a donné un moyen très efficace pour notre guérison. Le jeûne auquel Il prend plaisir. C’est pourquoi Il dit par ma voix : Que le jeûne soit ton  médicament, et que ton médicament soit le jeune !

Par le jeune auquel Dieu prend plaisir, nous pouvons tous    guérir de nos maladies, aussi bien physiques que spirituelles. Il est  source de restauration, de délivrance, de guérison, de fortification, de paix, de bonheur, de joie et d’amour. C’est pourquoi, que le jeûne soit ton médicament, et que ton médicament soit le jeûne. Jeûner, c’est prendre un médicament. Prendre un médicament, c’est jeûner. Notre médicament par excellence, c’est le jeûne auquel Dieu prend plaisir, sans pour autant oublier la prière. Jeûner, c’est se soigner. Se soigner, c’est jeûner. Jeûner, c’est se prémunir contre les maladies. Jeûner, c’est faire de la prévention contre la maladie. C’est l’aspect préventif du   jeûne auquel Dieu prend plaisir. C’est pourquoi il est bon de pratiquer le jeûne auquel Dieu prend plaisir assez souvent. Ce jeûne est une    protection et un rempart contre la maladie.

Le jeûne auquel Dieu prend plaisir a aussi un aspect curatif. Il nous permet donc de guérir des maladies dont nous souffrons.

Voilà pourquoi, nous vous disons encore : Que le jeûne soit ton médicament, et que ton médicament soit le jeûne.

Voici ce que la Parole de Dieu dit à propos du jeûne : Voici le jeûne auquel je prends plaisir :

« Détache les chaines de la méchanceté,

Dénoue les liens de la servitude,

Renvoie libres les opprimés,

Et que l’on rompe toute espèce de joug ;

Partage ton pain avec celui qui a faim…

Alors ta lumière poindra comme l’aurore,

Et ta guérison germera promptement… »

L’un des merveilleux bienfaits du jeûne auquel Dieu prend plaisir, c’est la guérison qu’il nous permet d’avoir et d’expérimenter

Lorsqu’un malade pratique le jeûne auquel Dieu prend plaisir, sa guérison germera promptement. Il guérira promptement de sa maladie. Parce que ce jeûne est une source évidente et véritable de guérison et de délivrance.

C’est une sorte de médicament. C’est pourquoi, frère : Que le  jeûne soit ton médicament, et que ton médicament soit le jeûne. C’est ici l’ordonnance médicale Divine prescrite par le Médecin des médecins, le Guérisseur des guérisseurs, Jésus-Christ, le Dieu Tout-Puissant et    Tout-Suffisant. C’est Lui l’Auteur de la guérison. Cette ordonnance est à prendre au sérieux, si nous voulons bénéficier de tous les bienfaits de ce Divin médicament qu’est le jeûne auquel Dieu prend plaisir. Nous allons aussi parler de la posologie, afin que vous sachiez exactement  comment prendre ce médicament. Nous verrons aussi s’il y a des effets secondaires et des effets indésirables.

Frères, si nous sommes malades, le Grand Médecin, Jésus-Christ, Notre Guérisseur, nous prescrit un médicament extraordinaire : Le jeûne auquel Dieu prend plaisir. Si nous prenons ce médicament correctement, en respectant toutes les prescriptions, notre guérison se manifestera promptement. Nous sommes guéris ; par la  grâce de Dieu. Voici les précautions à prendre avant de prendre ce médicament.

PRECAUTIONS A PRENDRE

Avant de prendre ce médicament Divin, le jeûne auquel Dieu prend plaisir, il faut prendre les précautions suivantes :

1.  Détacher les chaines de la méchanceté :

Avant de jeûner, de prendre ce médicament Divin qu’est le jeûne, le malade doit s’assurer que son cœur est pur ; qu’il n’a rien contre qui que ce soit ; que son cœur est purifié des mauvaises pensées, des animosités, de la convoitise, les passions, les vices, des désirs impudiques et adultérins.

Cette prescription est à observer avant, pendant, et après le jeûne auquel Dieu prend plaisir.

Quand votre cœur est pur, et que vous vous nourrissiez de     pensées positives, votre guérison est garantie et assurée. Car la pureté du cœur agit sur les pensées, et les rend positive et agréables devant Dieu. Et la puissance des pensées régénérées et positions, agit sur l’organisme, et le restaure. Alors la guérison commence à germer.

2.  Dénouer les liens de la servitude, et renvoyer libres les  opprimés.

Avant, pendant, et après le jeûne auquel Dieu prend plaisir, il faut mettre fin à toute forme d’esclavage et d’oppression. Il ne faut pas maltraiter les gens, les brimer, les soumettre à de durs travaux comme s’ils étaient des esclaves. Il faut permettre à tout le monde de jouir de sa liberté en toute chose :

- Liberté de vivre

- Liberté de penser

- Liberté de s’exprimer

Dénouer les liens de la servitude et renvoyer libres les opprimés, c’est manifester l’amour du prochain. Or, l’Amour est une puissance de Dieu qui guérit nos maladies. Celui qui aime, se guérit lui-même ; car l’Amour guérit. C’est ici la Manne Fraîche, la parole prophétique de temps de l’aube, destinée à la perfection des saints.

Celui qui aime Dieu, qui aime celui qu’Il a envoyé, qui s’aime lui-même, et qui aime son prochain, se soigne, et se guérit lui-même. Or, aimer fait partie intégrante du jeûne auquel Dieu prend plaisir. C’est pourquoi quand vous jeûnez selon la volonté de Dieu, vous pouvez guérir de vos maladies.

La puissance de ce Divin médicament, c’est l’Amour. Celui qui aime a le cœur pur ; celui qui aime ne médite pas le mal, celui qui aime ne cherche pas à nuire à qui que ce soit ; celui qui aime a les pensées toujours pures et toujours positives ; des pensées agréables devant Dieu. L’amour qu’il manifeste envers les autres le protège des maladies, et le guérit aussi. L’amour est une puissance de guérison.

L’amour est aussi une puissance protectrice contre les maladies physiques, psychologiques et mentales.

Tandis que la haine est source de maladie, l’amour est source de guérison, de délivrance, de paix, de joie, de bonheur et de prospérité.

3.  Partager son pain avec celui qui a faim.

Secourir le malheureux sans asile ;

Couvrir la nudité de celui qui est nu.

Cette troisième précaution à prendre, nous renvoie à l’amour. C’est par l’amour qu’on peut partager son pain avec celui qui a faim. C’est par l’amour qu’on peut secourir le malheureux et couvrir la     nudité de celui qui est nu. Accomplir un tel devoir pour la gloire de Dieu, procure la joie. Or, la joie de Dieu est une force vivifiante et     restauratrice. Elle fait partie du mystère du jeûne auquel Dieu prend plaisir. C’est pourquoi quand nous jeûnons dans la joie, avec un cœur pur, régénéré, et plein d’amour et de reconnaissance, notre guérison est assurée.

La joie est source de guérison. Elle est aussi source de protection contre les maladies et le vieillissement précoce. Celui qui toujours joyeux tombe difficilement malade. Et quand il tombe malade, il guérit promptement.

C’est pourquoi, frères : soyez toujours joyeux !

Que le jeûne soit ton médicament et que ton médicament soit le jeûne ! Alors ta guérison germera promptement.

LA POSOLOGIE DU JEUNE AUQUEL DIEU PREND PLAISIR.

Combien de fois devons-nous jeûner, afin d’obtenir notre guérison ? Ma réponse est :

Autant de fois que possible. Cela dépend de la force du malade, de la gravité de son état de santé. La posologie dépend d’un malade à un autre. C’est pourquoi il faut toujours consulter le Médecin traitant mandaté par le Grand Médecin, Jésus-Christ, notre merveilleux  Guérisseur. C’est Lui qui nous dira combien de fois nous devons       jeûner, et comment devons-nous jeûner. C’est Lui qui nous dira quand commencer le traitement par le jeûne, et quand il faut arrêter.

LES EFFETS SECONDAIRES

Le jeûne auquel Dieu prend plaisir, n’a aucun effet secondaire, s’il est pratiqué dans le strict respect des prescriptions Divines.  L’aboutissement de ce jeûne, c’est la guérison totale.

Si toutes ces prescriptions Divines ne sont pas respectées  scrupuleusement, le malade s’expose à des conséquences graves. Dans ce cas, on ne peut pas parler de jeûne auquel Dieu prend plaisir.

Le jeûne auquel Dieu prend plaisir n’a aucun effet secondaire. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole.

LES EFFETS INDESIRABLES

Le jeûne auquel Dieu prend plaisir produit et occasionne des effets indésirables tels que le vomissement, la diarrhée, le vertige et la fatigue. Cela est normal parce que le corps entre dans un cycle de purification et d’épuration des déchets toxiques, de la graisse et de  toutes sortes de poison qu’il contient. Ces dépôts de toxines, de graisses et de poisons sont dus à la mauvaise alimentation, à la sur alimentation, à l’excès de table, à la gloutonnerie et à la gourmandise.

Que le jeûne soit ton médicament, et que ton médicament soit le jeûne !

Que Dieu vous bénisse l’Epouse Ivoirienne.

Je suis Manne Fraîche.

Je vous aime.

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix