Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 24 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
294
Hier :
447
Semaine :
2436
Mois :
15320
Total :
3664340
Il y a 9 utilisateurs en ligne
-
9 invités


UNE MUSULMANE STERILE GUERIE PAR JESUS-CHRIST PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Mardi, 28 Novembre 2017 13:21

Message prêché le vendredi 16 septembre 2016, au Tabernacle le Chandelier d’or ; Cocody Angré ; Abidjan ; RCI. Matin.

Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.


Bonjour. En ce jour béni du vendredi 16 septembre 2016, j’ai   l’insigne honneur de vous parler non seulement de Jésus-Christ notre  bien-aimé Seigneur, mais aussi de vous parler en Son Nom.

Le Message de ce matin s’articulera autour de la délivrance que le Seigneur Jésus-Christ, que nous servons avec un cœur sincère et   reconnaissant, a opérée dans la vie d’une jeune femme musulmane du nom de Myriam. Cette femme était stérile. Mais, elle a été                   miraculeusement guérie par Jésus-Christ, le Guérisseur par essence et par excellence. Et elle a accouché le 05 juin 2016.

Ce que je veux vous montrer encore une fois, c’est la                toute-puissance de Jésus-Christ,  notre bien-aimé Sauveur sur la maladie, afin que nous puissions Le louer sans cesse.

Je ne connaissais pas Myriam. C’est le frère Luc de Sassandra, qui m’a appelé un jour au téléphone pour me parler de sa situation, afin de voir si quelque chose pouvait être fait pour elle. Comme je sais que tout est possible au Seigneur Jésus-Christ notre bien-aimé Dieu, et que tout est aussi possible à celui qui croit en Lui, j’ai dit au frère Luc qu’il pouvait faire venir Myriam à Abidjan, pour que je puisse prier pour elle. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de cette jeune femme Mahométane    stérile, qui cherchait sa délivrance. Pour sa délivrance, elle a dû faire le voyage de Sassandra à Abidjan.

Quand j’ai appris qu’elle était à Abidjan, j’étais à la fois joyeux et perplexe. Joyeux, parce que je savais que mon Seigneur ressuscité et glorifié pouvait faire quelque chose pour elle. Mais, j’étais perplexe, parce qu’une pensée négative a effleuré mon esprit, afin de me faire douter, non pas de Jésus-Christ, mais de moi-même. La voix qui me parlait me demandait si j’étais vraiment sûr que le Seigneur allait faire un miracle par mes mains. Elle me demandait, avec insistance, si je  n’avais pas déplacé cette femme pour rien. Pendant que ces paroles   négatives frappaient mon esprit, la joie que j’éprouvais baissa          d’intensité ; et le doute s’installa en moi. Je ne doutais ni de               Jésus-Christ, ni de Sa puissance, mais de moi-même. J’ai commencé à douter de moi-même, à cause de la peur qui entra en moi. Oui        Monsieur. Moi, Christ-Moïse, le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube, j’ai eu peur, quand j’ai appris Myriam était là. Quand j’ai parlé avec elle au téléphone, j’ai frémi en moi-même, car je venais de réaliser véritablement que les choses sérieuses allaient commencer. Je savais que l’heure des hostilités était venue. C’était l’heure de la        manifestation de la Parole de Jésus-Christ, et de la démonstration de Sa Puissance et de Son Esprit. Harcelé que j’étais par les pensées           négatives, je doutais de moi, et même de la puissance que le Seigneur Jésus-Christ m’a donnée. Oui Monsieur. Moi, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube,j’ai douté de             moi-même. C’est ici le mystère du doute du prophète. Ô, frères, le      prophète que Dieu vous a envoyé pour vous révéler la Parole              prophétique de votre temps, a douté. Il a eu peur ; et il a douté. Mais, il n’a pas laissé le doute achever son œuvre de sabotage et de                 déstabilisation. Car, il s’est souvenu de Celui qui est son Rocher, son  Rédempteur, son Appuis, et l’Auteur de sa foi. Et il a prié, en disant : « Seigneur Jésus-Christ, je crois toujours en Toi ; et je croirai toujours en Toi. Daigne donc renouveler ma foi par la foi que j’ai toujours en Toi ». Après  cela, j’ai dit : « Je parlerai à cette jeune femme stérile ; je prierai pour elle ; et je lui imposerai les mains ; et je la guérirai au Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de Jésus-Christ ».

Frères, la seule façon pour moi de chasser les pensées et les   paroles négatives qui essayaient de me contrôler, c’était de prononcer des Paroles positives divinement inspirées du Saint-Esprit. Quand ma foi a été renouvelée, et que l’Onction se mouvait au-dessus de moi et en moi, j’ai pu transformer toutes les pensées négatives en Paroles         positives, par la puissance transformatrice de Dieu. J’ai fait preuve d’audace, en proclamant d’avance la Parole, tout en confessant haut et fort que j’allais guérir cette jeune femme stérile, par le pouvoir du Nom de Jésus-Christ. Frères, il nous faut assez d’audace pour pouvoir    vaincre le doute et les pensées négatives, qui nous enveloppent si        facilement. J’ai été totalement libéré du doute et des pensées négatives, lorsque j’ai prononcé les Paroles positives que le Seigneur m’inspirait. Une fois libéré, me voilà prêt pour le combat.

Après avoir prêché la Parole de Dieu que notre bien-aimé       Rédempteur, Jésus-Christ, a mise dans ma bouche, j’ai appelé la jeune femme en question dans la ligne de prière. Et je lui ai parlé ; et j’ai prié pour elle ; et je lui ai imposé les mains, en invoquant le Nom de         Jésus-Christ, l’Auteur de toute fécondité. Et la grâce bienveillante de Dieu s’est élancée vers elle, et l’a enveloppée. Avant que je ne prie pour elle, le Saint-Esprit s’est positionné au-dessus de Myriam. Il était aussi au-dessus de moi, afin de mettre les Paroles que je devais prononcer dans ma bouche. Pendant que je priais, le Saint-Esprit agissait        puissamment, afin de créer les conditions de la guérison et de la        fécondité. Après cette prière, Myriam a été enveloppée de la grâce de Jésus-Christ. Cette grâce Divine a demeuré sur elle jusqu’à ce qu’elle tombe enceinte. Quand les premiers symptômes de la grossesse se sont manifestés, elle m’en a parlé. Et moi, j’ai rendu grâces au Seigneur     Jésus-Christ, par le Saint-Esprit. Frères, la grâce bienveillante et       souveraine de Dieu, de notre Dieu, qui n’est personne d’autre que le Dieu de votre frère Christ-Moïse, s’est répandue sur cette jeune femme musulmane. Et elle est tombée enceinte.

Pendant que la grossesse se déroulait normalement, des gens ont ouvertement menacé Myriam, et ont défié le Dieu qui l’a délivrée. Ces gens-là lui ont dit, sans détours : On a prié pour toi ; et tu es enceinte. Maintenant, on va voir comment tu feras pour accoucher.

Se sentant menacée par ces femmes réputées sorcières, Myriam et son mari, qui est aussi musulman, se sont confiés au frère Luc de         Sassandra. Quand celui-là m’a fait part de cette nouvelle, je lui ai dit : Dis à Myriam et à son mari de me trouver à Abidjan.

Et le dimanche 03 janvier 2016, ils étaient à Abidjan. Myriam était à son quatrième mois de grossesse ; par la grâce de Dieu. Quand je l’ai fait venir devant moi, je vous ai expliqué pourquoi elle était là. Je vous ai aussi parlé du défi que lui ont jeté ouvertement des gens mal intentionnés.

Avant d’invoquer le Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de   Jésus-Christ, j’ai dit à Myriam : On t’a dit qu’on allait voir comment tu allais faire pour accoucher, mais, moi, je vais te dire comment tu vas accoucher. Puis, j’ai fait un pas vers elle. Elle était devant moi. Et en quelques mots, je lui ai dit d’aller, et d’accoucher dans la paix, au Nom de Jésus-Christ. J’ai prononcé de simples Paroles, en quelques        fractions de seconde, à la surprise générale, car tout le monde          s’attendait à une prière longue et fracassante, comme on en a          l’habitude. Mais, le Seigneur a décidé d’agir autrement. Ces simples Paroles que j’ai prononcées, ont été mises dans ma bouche par le      Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Elles étaient en moi, depuis quelques temps ; elles étaient en moi avant que Myriam ne vienne à Abidjan.   Elles étaient en moi pendant que je prêchais la Parole du Seigneur. Et je ne les ai dites que lorsque le moment était venu. Quand je lui parlais ce jour-là, deux choses sortirent de ma bouche : Le Souffle du           Très-Haut et le Feu Divin. Ces deux Puissances Divines avaient pour mission de ranimer le bébé, et de le protéger.

Le dimanche 05 juin 2016, pendant que j’étais à l’Eglise, le mari de Myriam m’a appelé pour m’annoncer que sa femme a accouché. Et je me suis réjouis en mon Dieu, qui a fait des merveilles pour Myriam et pour nous tous. Aujourd’hui encore, je Le bénis pour ce miracle.

Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime.

A bientôt.


FRERE CHRIST-MOISE,  LE FILS DE L’HOMME

Message prêché le vendredi 16 septembre 2016, au     Tabernacle le Chandelier d’or ; Cocody Angré ; Abidjan ; RCI. Matin.
Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.
Bonjour. En ce jour béni du vendredi 16 septembre 2016, j’ai   l’insigne honneur de vous parler non seulement de Jésus-Christ notre  bien-aimé Seigneur, mais aussi de vous parler en Son Nom.
Le Message de ce matin s’articulera autour de la délivrance que le Seigneur Jésus-Christ, que nous servons avec un cœur sincère et   reconnaissant, a opérée dans la vie d’une jeune femme musulmane du nom de Myriam. Cette femme était stérile. Mais, elle a été                   miraculeusement guérie par Jésus-Christ, le Guérisseur par essence et par excellence. Et elle a accouché le 05 juin 2016.
Ce que je veux vous montrer encore une fois, c’est la                toute-puissance de Jésus-Christ,  notre bien-aimé Sauveur sur la maladie, afin que nous puissions Le louer sans cesse.
Je ne connaissais pas Myriam. C’est le frère Luc de Sassandra, qui m’a appelé un jour au téléphone pour me parler de sa situation, afin de voir si quelque chose pouvait être fait pour elle. Comme je sais que tout est possible au Seigneur Jésus-Christ notre bien-aimé Dieu, et que tout est aussi possible à celui qui croit en Lui, j’ai dit au frère Luc qu’il pouvait faire venir Myriam à Abidjan, pour que je puisse prier pour elle. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de cette jeune femme Mahométane    stérile, qui cherchait sa délivrance. Pour sa délivrance, elle a dû faire le voyage de Sassandra à Abidjan.
Quand j’ai appris qu’elle était à Abidjan, j’étais à la fois joyeux et perplexe. Joyeux, parce que je savais que mon Seigneur ressuscité et glorifié pouvait faire quelque chose pour elle. Mais, j’étais perplexe, parce qu’une pensée négative a effleuré mon esprit, afin de me faire douter, non pas de Jésus-Christ, mais de moi-même. La voix qui me parlait me demandait si j’étais vraiment sûr que le Seigneur allait faire un miracle par mes mains. Elle me demandait, avec insistance, si je  n’avais pas déplacé cette femme pour rien. Pendant que ces paroles   négatives frappaient mon esprit, la joie que j’éprouvais baissa          d’intensité ; et le doute s’installa en moi. Je ne doutais ni de               Jésus-Christ, ni de Sa puissance, mais de moi-même. J’ai commencé à douter de moi-même, à cause de la peur qui entra en moi. Oui        Monsieur. Moi, Christ-Moïse, le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube, j’ai eu peur, quand j’ai appris Myriam était là. Quand j’ai parlé avec elle au téléphone, j’ai frémi en moi-même, car je venais de réaliser véritablement que les choses sérieuses allaient commencer. Je savais que l’heure des hostilités était venue. C’était l’heure de la        manifestation de la Parole de Jésus-Christ, et de la démonstration de Sa Puissance et de Son Esprit. Harcelé que j’étais par les pensées           négatives, je doutais de moi, et même de la puissance que le Seigneur Jésus-Christ m’a donnée. Oui Monsieur. Moi, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube,j’ai douté de             moi-même. C’est ici le mystère du doute du prophète. Ô, frères, le      prophète que Dieu vous a envoyé pour vous révéler la Parole              prophétique de votre temps, a douté. Il a eu peur ; et il a douté. Mais, il n’a pas laissé le doute achever son œuvre de sabotage et de                 déstabilisation. Car, il s’est souvenu de Celui qui est son Rocher, son  Rédempteur, son Appuis, et l’Auteur de sa foi. Et il a prié, en disant : « Seigneur Jésus-Christ, je crois toujours en Toi ; et je croirai toujours en Toi. Daigne donc renouveler ma foi par la foi que j’ai toujours en Toi ». Après  cela, j’ai dit : « Je parlerai à cette jeune femme stérile ; je prierai pour elle ; et je lui imposerai les mains ; et je la guérirai au Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de Jésus-Christ ».
Frères, la seule façon pour moi de chasser les pensées et les   paroles négatives qui essayaient de me contrôler, c’était de prononcer des Paroles positives divinement inspirées du Saint-Esprit. Quand ma foi a été renouvelée, et que l’Onction se mouvait au-dessus de moi et en moi, j’ai pu transformer toutes les pensées négatives en Paroles         positives, par la puissance transformatrice de Dieu. J’ai fait preuve d’audace, en proclamant d’avance la Parole, tout en confessant haut et fort que j’allais guérir cette jeune femme stérile, par le pouvoir du Nom de Jésus-Christ. Frères, il nous faut assez d’audace pour pouvoir    vaincre le doute et les pensées négatives, qui nous enveloppent si        facilement. J’ai été totalement libéré du doute et des pensées négatives, lorsque j’ai prononcé les Paroles positives que le Seigneur m’inspirait. Une fois libéré, me voilà prêt pour le combat.
Après avoir prêché la Parole de Dieu que notre bien-aimé       Rédempteur, Jésus-Christ, a mise dans ma bouche, j’ai appelé la jeune femme en question dans la ligne de prière. Et je lui ai parlé ; et j’ai prié pour elle ; et je lui ai imposé les mains, en invoquant le Nom de         Jésus-Christ, l’Auteur de toute fécondité. Et la grâce bienveillante de Dieu s’est élancée vers elle, et l’a enveloppée. Avant que je ne prie pour elle, le Saint-Esprit s’est positionné au-dessus de Myriam. Il était aussi au-dessus de moi, afin de mettre les Paroles que je devais prononcer dans ma bouche. Pendant que je priais, le Saint-Esprit agissait        puissamment, afin de créer les conditions de la guérison et de la        fécondité. Après cette prière, Myriam a été enveloppée de la grâce de Jésus-Christ. Cette grâce Divine a demeuré sur elle jusqu’à ce qu’elle tombe enceinte. Quand les premiers symptômes de la grossesse se sont manifestés, elle m’en a parlé. Et moi, j’ai rendu grâces au Seigneur     Jésus-Christ, par le Saint-Esprit. Frères, la grâce bienveillante et       souveraine de Dieu, de notre Dieu, qui n’est personne d’autre que le Dieu de votre frère Christ-Moïse, s’est répandue sur cette jeune femme musulmane. Et elle est tombée enceinte.
Pendant que la grossesse se déroulait normalement, des gens ont ouvertement menacé Myriam, et ont défié le Dieu qui l’a délivrée. Ces gens-là lui ont dit, sans détours : On a prié pour toi ; et tu es enceinte. Maintenant, on va voir comment tu feras pour accoucher.
Se sentant menacée par ces femmes réputées sorcières, Myriam et son mari, qui est aussi musulman, se sont confiés au frère Luc de         Sassandra. Quand celui-là m’a fait part de cette nouvelle, je lui ai dit : Dis à Myriam et à son mari de me trouver à Abidjan.
Et le dimanche 03 janvier 2016, ils étaient à Abidjan. Myriam était à son quatrième mois de grossesse ; par la grâce de Dieu. Quand je l’ai fait venir devant moi, je vous ai expliqué pourquoi elle était là. Je vous ai aussi parlé du défi que lui ont jeté ouvertement des gens mal intentionnés.
Avant d’invoquer le Nom Tout-puissant et Tout-suffisant de   Jésus-Christ, j’ai dit à Myriam : On t’a dit qu’on allait voir comment tu allais faire pour accoucher, mais, moi, je vais te dire comment tu vas accoucher. Puis, j’ai fait un pas vers elle. Elle était devant moi. Et en quelques mots, je lui ai dit d’aller, et d’accoucher dans la paix, au Nom de Jésus-Christ. J’ai prononcé de simples Paroles, en quelques        fractions de seconde, à la surprise générale, car tout le monde          s’attendait à une prière longue et fracassante, comme on en a          l’habitude. Mais, le Seigneur a décidé d’agir autrement. Ces simples Paroles que j’ai prononcées, ont été mises dans ma bouche par le      Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Elles étaient en moi, depuis quelques temps ; elles étaient en moi avant que Myriam ne vienne à Abidjan.   Elles étaient en moi pendant que je prêchais la Parole du Seigneur. Et je ne les ai dites que lorsque le moment était venu. Quand je lui parlais ce jour-là, deux choses sortirent de ma bouche : Le Souffle du           Très-Haut et le Feu Divin. Ces deux Puissances Divines avaient pour mission de ranimer le bébé, et de le protéger.
Le dimanche 05 juin 2016, pendant que j’étais à l’Eglise, le mari de Myriam m’a appelé pour m’annoncer que sa femme a accouché. Et je me suis réjouis en mon Dieu, qui a fait des merveilles pour Myriam et pour nous tous. Aujourd’hui encore, je Le bénis pour ce miracle.
Que Dieu vous bénisse !
Je vous aime.
A bientôt.
FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME
Mise à jour le Mardi, 28 Novembre 2017 13:23
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix