Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 58 invités en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
1578
Hier :
2013
Semaine :
9587
Mois :
51878
Total :
2488182
Il y a 17 utilisateurs en ligne
-
17 invités


LA FOIE DE SARA PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 07 Mai 2016 17:24

Message prêché le mardi 03 décembre 2013 , au Tabernacle le Chandelier d’Or ;  Yopougon-Selmer ; Abidjan ; RCI. Matin


Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.

Bonjour à tous. Que la grâce de Dieu soit toujours avec vous dans le Nom de Jésus-Christ de Nazareth, mort pour l’abolition des péchés, pour notre sanctification par l’offrande de Son corps et par l’Esprit de sanctification, et pour notre justification. C’est en Son Nom que je désire encore vous parler aujourd’hui. De quoi allons-nous parler ce matin ? De la foi de Sara, l’épouse d’Abraham, le père de foi.

Prenons nos Bibles dans HEBREUX 11 :11. Lisons : « C’est par la foi que Sara, elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d’avoir une postérité, parce qu’elle crut en la fidélité de celui qui avait fait la promesse. »

Quand Abram fut âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, Dieu lui dit : «  On ne t’appellera plus Abram ; mais ton nom sera Abraham, car je te rends père d’une multitude de nations. Je te rendrai fécond à l’infini, je ferai de toi des nations, et des rois sortiront de toi. »      (GEN. 17 : 5-6). Dieu a fait quelque chose de merveilleux dans la vie d’Abram, avant de lui faire la promesse solennelle qu’il enfanterait un fils, et que des rois sortiront de lui. Qu’a-t-Il fait ? Il a changé son nom Abram en Abraham. Abram signifie "Mon père est exalté." Abraham signifie "Père d’une multitude." Pourquoi a-t-Il changé son nom ? Il voulait le bénir de façon particulière, de façon abondante : Faire de lui le père d’une multitude et le père de la foi. Dieu a fait la même chose dans la vie de la femme d’Abraham. Il dit, en effet à Son serviteur : « Tu ne donneras plus à Saraï, ta femme, le nom de Saraï ; mais son nom sera Sara… Elle deviendra des nations ; des rois des peuples sortiront d’elle. » Le nom de Sara signifie "princesse", car des rois devaient sortir d’elle.

Comme vous pouvez le constater, Dieu a fait deux choses essentielles dans la vie de Son serviteur et de Sa servante :

1. Il a changé leur nom, parce qu’Il leur réservait une grande et abondante bénédiction.

2. Il leur a fait une promesse solennelle : Ils enfanteraient un fils, qu’ils appelleraient Isaac.

Le principe du changement de nom opéré par Dieu implique une profonde expérience spirituelle et surnaturelle avec Lui. Le changement de leur nom n’est donc pas un banal changement de nom, mais une parfaite démonstration de la puissance de Dieu dans leur vie. En effet, par la puissance de la Parole prophétique, en rapport avec le changement de leur nom, et par la promesse de leur fécondité, Dieu a changé même leur corps physique. Oui Monsieur. Abraham et Sara étaient devenus jeunes, forts, et vigoureux. Par ce changement, prophétique de leur nom, Il leur a créé de nouveaux appareils de reproduction. Abraham a reçu un nouveau sperme et de nouveaux spermatozoïdes, par la puissance créatrice de la Parole prophétique du Dieu vivant. Sara aussi a reçu de nouvelles trompes, de nouveaux ovaires et de nouveaux ovules, par la même puissance créatrice. Les deux étaient très jeunes quand Dieu se révéla à eux. Abraham avait quatre-vingt-dix-neuf ans, et Sara avait 89 ans. Ils étaient tous les deux très avancés en âge, mais Dieu a transformé leurs corps en des corps vigoureux et renouvelés. Vous voyez ! Le changement de leur nom leur a permis de faire une grande expérience avec Dieu, laquelle expérience a créé en eux de nouvelles dispositions intérieures. Leurs nouveaux noms sont des noms prophétiques, des noms de vie, de promesse et de puissance. Ce sont des noms de grandeur, liés à la royauté. D’Abraham et de Sara sortiront des rois.

LE POUVOIR DU NOM

Comme je l’ai déjà dit, le changement du nom Abram en Abraham, et du nom de Saraï en Sara, a eu de profondes répercussions et de réelles mutations dans leur vie. C’est ici le mystère du pouvoir du nom. Quand Dieu change votre nom, Il vous donne une nouvelle orientation. Quand Il change votre nom, Il veut accomplir une œuvre particulière avec vous. En changeant le nom d’Abram en Abraham, et le nom de Saraï en Sara, Il ouvrait aussi une porte devant eux : La porte de la bénédiction céleste et physique. Il donnait une nouvelle orientation et un sens nouveau à leur vie. Par ce changement de nom, Il voulait aussi changer leur vie, leur vision et leur perception des choses qui les entouraient. C’est ici la Manne Fraîche. En changeant leur nom par la Parole prophétique qu’ils ont reçue, Il voulait aussi leur donner une foi nouvelle, une foi Divine et surnaturelle, une foi vivante, puissance et agissante. En changeant leur nom, Il voulait changer leurs pensées en les rendant positives, ainsi que leurs paroles. En changeant le nom d’Abram, qui signifie "père exalté" en Abraham, qui signifie "père de la foi", Il voulait manifester en lui, un attribut Divin plus profond et plus glorieux : L’attribut de père de la foi. Qui est le vrai père de la foi ? C’est Dieu. Abraham est donc devenu l’incarnation vivante de la foi du Père céleste. Il est devenu l’incarnation de la Divinité. Car, je le répète, c’est Dieu le Père, qui est le vrai Père de la foi. En tant que père de la foi, nous avons hérité sa foi.  C’est pourquoi, nous sommes à Christ, nous sommes la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse : GALATES 3 : 29.

Frères, Dieu met dans le nom qu’Il nous donne, Sa puissance créatrice et transformatrice. Le nom a un grand pouvoir sur celui qui le porte. Par le changement du nom, Il manifeste Ses attributs en nous. Savez-vous qu’Il a changé ma vision, mes pensées, mes croyances, mes paroles, en me donnant le nom de Christ ? Christ signifie "Oint." Je suis donc devenu par ce changement de nom, l’Oint du Seigneur Jésus-Christ. Par ce nouveau nom, Il m’a donné une nouvelle orientation, et Il a confirmé que je suis devenu une nouvelle création en Lui. Savez-vous aussi qu’Il m’a fait Moïse, selon le bon plaisir de Sa volonté, et à la louange de Sa gloire ? Dans le nom de Moïse, il y a un attribut Divin en rapport avec le salut. Aujourd’hui, je m’appelle Christ-Moïse. Vous voyez ! L’Onction et le Salut sont intimement liés, afin de vous sauver. C’est seulement après le changement de mon nom en Christ-Moïse, qu’Il m’a dit d’annoncer la Manne Fraîche. Ce changement de nom influence toute ma vie et mon ministère. Je Lui suis très reconnaissant pour cela. En me disant : Fils de l’homme, lis   Luc 4:18, Il a manifesté un autre attribut Divin en moi. Il m’a aussi donné un autre nom prophétique. Le nom de Christ-Moïse aussi est un nom prophétique. Le Seigneur peut changer notre nom, et nous donner un nouveau nom. Il peut aussi ne pas le faire. Quand Dieu Lui-même nous donne un nouveau nom, c’est qu’il y a quelque chose de nouveau, qui va venir. Par ce changement de nom, Il nous fait entrer dans une nouvelle vie.

Nous savons que Jacob a lutté avec Dieu, qui était dans un corps angélique, qui ressemblait à celui d’un homme. Vous voyez ! Dieu s’est révélé à lui dans un corps d’homme. C’est pourquoi l’Ecriture dit qu’un « homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore. Voyant qu’il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l’emboiture de la hanche… Il dit à Jacob : Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. Et Jacob répondit : Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni. Il dit : Quel est ton nom ? Et il répondit : Jacob. Il dit encore : Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. » Vous voyez ! Dieu a changé le nom de Jacob en Israël. Que s’est-il passé après cela ? Dieu l’a béni. De quelle bénédiction s’agit-il ? Il s’agit du salut de son âme ; car, dit-il : J’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. Non seulement son nom a été changé, mais aussi et surtout, son âme a été sauvée. D’abord le changement de nom, puis le salut de son âme, qui est une très grande bénédiction. Vous voyez ! Ce n’est donc pas un banal changement de nom, mais une profonde transformation  intérieure conduisant inéluctablement au salut de l’âme. Par ce changement de nom, Dieu a donné un nouveau sens et une nouvelle orientation à sa vie. Au travers de ce changement de nom, ses péchés ont été pardonnés et expiés, ce qui lui a donné droit à la nouvelle naissance et au salut éternel. C’est ici le pouvoir du nom. Dieu peut changer notre nom comme ne pas le changer. Qu’Il change notre nom ou pas, Il nous bénit, du moins si nous faisons de Lui nos délices, et si nous faisons Sa volonté. Avant de changer notre nom en un nouveau nom, Il peut nous bénir. Avant que le nom d’Abram ne devienne Abraham, avant  qu’Abram ne devienne Abraham, Il le bénissait déjà. En effet, c’est en tant qu’Abram que Melchisédek le bénit, selon GENESE 14:17-19. Qui est ce Melchisédek ? C’est celui, « qui est sans père, sans mère, sans généalogie, qui n’a ni commencement de jours ni fin de vie… » (HEB.7:3). Qui est-il donc ? Il est Dieu. Frères, Dieu peut vous bénir avec les noms que vous portez maintenant. Mais, si vous voulez changer de nom, vous le pouvez. Le jour où Lui-même changera votre nom, c’est qu’Il veut faire quelque chose de nouveau avec vous. Avant que le Seigneur ne remette les clés du Royaume des cieux à Simon, Il a changé son nom en Céphas, ce qui signifie "roc." Ce changement de nom est lié à une destinée prophétique, et au rôle prépondérant qu’il allait jouer à la naissance de l’Eglise de Dieu à Jérusalem. En ce temps prophétique de l’aube, le changement de mon nom en Christ-Moïse est aussi en rapport avec une destinée prophétique, au moment où l’Eglise de Christ s’élève puissamment vers la Pierre Faîtière. Elle marche à la rencontre de la Pierre Faîtière, l’Epoux qui vient. Quand la Pierre Faîtière descendra sur les nuées, le reste du corps de l’Epouse, composé de pierres vivantes, ira à Sa rencontre dans les airs, sur les nuées également. Que Son Nom soit béni !

Dieu dit à Abraham : « Certainement Sara ta femme t’enfantera un fils ; et tu l’appelleras du nom d’Isaac… » Lui et sa femme ont dû attendre dans la foi et dans le silence, l’accomplissement de cette promesse Divine. L’attente a duré vingt-cinq longues années, au cours desquelles ils ont gardé dans leur cœur la promesse du Seigneur. Pendant ces longues années d’attente, ils ont pu garder leurs pensées et leurs paroles dans la positivité. Lentement mais sûrement, leur foi agissante et persévérante, nourries de pensées positives, a préparé les conditions spirituelles et physiques pour la naissance du fils promis. Le découragement s’est manifesté par moments, mais il n’a pas pu anéantir leur foi en la promesse de Dieu.

Sœurs, vous qui avez des problèmes d’enfantement, à cause de la stérilité, imitez la foi de Sara, qui a dû attendre longtemps, très longtemps, avant de voir l’accomplissement de la Parole de Dieu. Le découragement viendra, le doute aussi. Mais vous pouvez les repousser par la grâce de Dieu, en disant en vous-mêmes que le Seigneur est capable de vous rendre capables de devenir enceintes. Au besoin, chantez les louanges du Seigneur, en Le remerciant d’ores et déjà de vous avoir délivrées de la stérilité, et de vous avoir rendues fécondes. Vivez déjà avec les bébés dans votre cœur, aimez-les et bénissez-les. Que les hommes prient continuellement, et bénissent le Nom du Seigneur qui veut qu’ils aient des enfants comme tout homme ! Quelles soient les circonstances, les épreuves et les complications, soyez toujours positives, mes précieuses sœurs ; car vous aussi, vous pouvez être fécondes, devenir enceintes, et enfanter. Le problème que vous avez n’est pas une fatalité, car il ne peut être résolu que, par la puissance de résurrection qui est déjà en vous. Précieuses sœurs, l’Onction de fécondité, qui vous rend fécondes est en vous. Pour la mettre en action, il vous faut nourrir votre esprit de pensées positives, et saines ; il faut aussi parler positivement de votre état actuel, en confessant que le Seigneur peut vous guérir, et qu’Il va vous guérir, et qu’Il l’a même déjà fait. Ne vous occupez pas de ce qui se passe autour de vous, ni de ce que les autres pensent de vous. Pensez à une seule chose : Christ qui vous guérit par Sa puissance de résurrection. Laissez cette glorieuse pensée imprégner tout votre être. Ne laissez aucune place au doute et au découragement. Ne laissez aucune pensée négative prendre possession de vous. Soyez fortes, par la vertu du      Saint-Esprit, et louez constamment le Seigneur. Pensez à toutes ces sœurs stériles qu’Il a déjà rendues fécondes. Et dites en vous-mêmes : Il me rend aussi féconde. Par Sa grâce, je sais que je deviendrai enceinte, et que j’enfanterai moi aussi. Bénissez-Le pour les sœurs stériles qu’Il a déjà délivrées, et remerciez-Le pour votre propre délivrance. C’est ici la Manne  Fraîche. De même que le futur bébé a une place dans votre cœur, de même préparez-lui une place dans votre maison. Achetez-lui des vêtements, et tout ce qu’il lui faut, maintenant. Et attendez-le ! Il viendra certainement. En priant, croyez que vous êtes déjà enceinte, et vous verrez cela s’accomplir. Frères, en priant, croyez que votre femme est déjà enceinte, et remerciez le Seigneur pour cela, et vous verrez cela s’accomplir. Si vous avez la foi pour chasser les démons, pour guérir les malades, vous en avez aussi pour délivrer votre femme de la stérilité, et pour la rendre féconde. Dites à votre femme : Tu es enceinte, au Nom de Jésus-Christ. Si vous croyez fermement que ce que vous dites arrive, vous le verrez s’accomplir. Chaque jour, bénissez la grossesse de votre femme, et restez confiant, serein et imperturbable.

L’Ecriture dit que Sara a cru en la fidélité de Dieu. C’est le même Dieu que je vous prêche aujourd’hui encore. Il ne change pas ; Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il est toujours fidèle. Ce qu’Il dit, Il le fait. Ce qu’Il promet, Il l’accomplit pour glorifier Son Nom. Croyez donc en Sa fidélité, et bénissez-Le chaque jour pour l’accomplissement de Sa promesse dans votre vie. En priant, ne faites pas la prière du pécheur, frères et sœurs. Faites plutôt la prière du juste.

QU’EST-CE QUE LA PRIERE DU JUSTE ?

La prière du juste, c’est la prière qui consiste à demander à Dieu de se souvenir de votre fidélité, de votre obéissance, de votre dévouement dans Son œuvre. Il s’agit de Lui parler du bien  que vous faites en Son Nom dans Sa maison. En ce temps prophétique de l’aube, où nous ne sommes plus des pécheurs, mais des saints et des justes, grâce à l’offrande du corps de Jésus-Christ, et à l’Esprit de la sanctification, nous ne pouvons que faire la prière du juste, qui est la prière de la foi. Cependant si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste, qui s’est offert Lui-même comme victime expiatoire pour nous. En priant, ne dites pas : Je suis un pauvre pécheur. Dites plutôt : Je suis saint et intègre dans Ta maison. Tous les jours, je Te sers avec amour et foi. Qu’il me soit permis de Te remercier pour la vie de sanctification, la vie sans péché, que je mène, par le Saint-Esprit. Jean-Baptiste a appris à ses disciples à prier. Jésus-Christ de Nazareth a aussi appris à Ses disciples à prier. Moi aussi, je veux vous apprendre à prier. Si vous récitez le "Notre Père qui est aux cieux", et que vous dites : Pardonne-nous nos péchés, alors que vous n’avez pas péché, vous vous rendez ridicule.

En ESAIE 38, le roi Ezéchias, qui était sous le sang des animaux, a fait la prière du juste, la prière des saints, la prière de la foi. Il a dit à Dieu de se souvenir de la façon dont il L’a servi. Il a mis en relief sa fidélité, son intégrité et ses bonnes œuvres. Et Dieu l’a exaucé, et béni. Aujourd’hui, les soi-disant chrétiens disent : Je suis un pécheur, et je ne suis pas digne, etc. Nous, nous ne prions pas de cette manière. Mais, si quelqu’un a péché, qu’il le confesse à Dieu. De toutes les façons, ce péché ne fera pas de lui un pécheur ; car on peut pécher, sans être un pécheur. C’est ici la Manne Fraîche. On peut aussi vivre bien, et être un pécheur.

Sara, malgré son âge avancé, a pu concevoir, parce qu’elle a cru à la promesse de Dieu. Sa foi en Dieu, l’a sauvée. La foi de son mari aussi l’a sauvée. Sœurs, vous n’avez même pas l’âge de Sara. Vous aussi, vous pouvez devenir enceinte. Croyez en Dieu, et croyez en vous-mêmes. Vous êtes de Dieu ; vous êtes filles de Dieu. Frères, vous êtes fils de Dieu. Dieu est avec vous. Il est pour vous. Qui sera contre vous ?

Quelques temps avant la conception d’Isaac, le fils de la promesse, Dieu et deux de Ses anges, sont descendus sur la terre, en partance pour Sodome et Gomorrhe. Ils sont passés dans la localité où habitait Abraham. Et Abraham a reçu Dieu Lui-même dans sa maison. Pour la destruction de Sodome et Gomorrhe, Dieu Lui-même est descendu sur la terre. Il était dans un corps humain, qui n’est pas fait de chair et de sang. C’était un corps angélique. Après avoir mangé et bu du lait, Dieu          Lui-même a rappelé à Son serviteur, la promesse qu’Il lui a faite, il y a vingt-quatre ans, en disant que l’année prochaine, à la même époque, Sara aurait un fils. Mais Sara a ri sous cape, en disant : «  Maintenant que je suis vieille aurais-je encore des désirs. Mon Seigneur aussi est vieux. » Et Dieu dit à  Abraham : «  Pourquoi donc Sara a-t-elle ri en disant : Est-ce que maintenant j’aurais un enfant, moi qui suis vieille ? Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? Au temps fixé je reviendrai vers toi, à cette même époque ; et Sara aura un fils. » (GEN.18 : 13-14). Frères et sœurs, après une trop longue attente, le doute s’est emparé de Sara. C’est pourquoi, quand Dieu dit qu’elle aurait un fils, lorsqu’Il reviendrait vers Abraham, elle a ri en elle-même. Ce rire laissait paraître le doute intérieur qui la minait. C’est ici la Manne Fraîche. Mais, Dieu a aussitôt réagi, en insistant sur ce qu’Il avait dit. Cette insistance avait pour but de dissiper le doute qui s’était emparée d’elle, et de fortifier sa foi en Lui, Dieu, et sa foi en elle-même. Car par un décret Divin et solennel, Il avait pris la ferme résolution de la rendre capable d’enfanter. A son âge, il lui était mathématiquement et scientifiquement impossible de concevoir. Mais, Dieu est capable de rendre possible ce qui est impossible. Peut-être que les gynécologues expérimentés, vous ont montré, avec les résultats des examens médicaux à l’appui, que vous êtes stériles. Mais, moi, je vous dis que notre Bien-aimé Seigneur Jésus-Christ est assez puissant pour rendre possible ce qui est impossible aux hommes. C’est Lui qui a le dernier mot. Et Il me charge de vous dire que vous deviendrez enceintes, et que vous enfanterez ; car Il est le Dieu du possible et de l’impossible. Tout est possible à Lui. Et si vous croyez en Lui, et en vous-mêmes, tout vous est également possible, par la vertu du Saint-Esprit.

Dieu dit à Abraham : « Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? Au temps fixé, je reviendrai vers toi, à cette même époque ; et Sara aura un fils. » Quel est le temps fixé pour toi, ma précieuse sœur ? C’est l’année 2014. C’est ici la Manne Fraîche. Depuis que tu existes, as-tu déjà commandé au matin, dit Dieu à Job, dans JOB 38:12. Que signifie "commander au matin ?" C’est lui donner des ordres, c’est le soumettre à sa volonté, par la Parole de Dieu, qui est dans sa bouche. Sœur, as-tu déjà commandé à l’année, depuis que tu crois en              Jésus-Christ ? Frère, as-tu déjà commandé à l’année, depuis que tu crois au Seigneur ? C’est maintenant le temps convenable : Commandez à l’année 2014, afin qu’elle soit l’année de la délivrance et de la procréation. C’est une année prophétique ; c’est votre année. Dieu vous réserve des merveilles dans cette année prophétique ; mais il faut croire en Lui, et croire en vous-mêmes, afin de pouvoir lui commander.

Il y a quatre temps prophétiques, en ces derniers jours : Le soir, minuit, l’aube et le matin. Le Seigneur nous a réservé des bénédictions, lesquelles sont voilées dans ces temps prophétiques. Au temps prophétique de l’aube, par exemple, Il nous a réservé, dès la fondation du monde, la Manne Fraîche, l’avènement d’un Fils de l’homme, d’un homme fait Moïse, et d’un homme fait Dieu par Dieu. Au temps fixé, ces choses se sont manifestées sous nos yeux. Il en est de même, par exemple, de l’année 2014 : Le Seigneur, avant la fondation du monde, nous a réservé des bénédictions célestes, spirituelles et physiques. Si nous commandons au matin, si nous commandons aussi à cette année, tout en ayant foi en Dieu, et en nous-mêmes, nous aurons part à ces bénédictions. Sinon, Il les reconduira, et les placera dans l’année 2015, et ainsi de suite.

Au temps fixé, Dieu Lui-même vint vers Abraham, et sa femme Sara, eut un fils. Vous voyez ! Il avait parfaitement accompli Sa promesse. Si Sa Parole tarde à s’accomplir, attendez-la, car Elle s’accomplira certainement, quand Dieu Lui-même viendra.

DIEU VIENDRA LUI-MEME

Dans ESAIE 35:4, il est écrit dans l’Ecriture que Dieu Lui-même viendra pour sauver les hommes. Il n’est pas dit qu’Il enverrait quelqu’un, mais qu’Il viendrait Lui-même. « Il viendra lui-même, et vous sauvera. » C’est ici le mystère : Dieu viendra Lui-même dit l’Ecriture. Cette même Ecriture dit que Jésus-Christ le Fils de l’Homme est envoyé de Dieu. Et d’aucuns disent : Si Dieu a envoyé Jésus-Christ, c’est que Jésus-Christ n’est pas Dieu. Quelle est la position de la Manne Fraîche à ce sujet ? Pour nous, Jésus-Christ de Nazareth, le Fils unique de Dieu, était Dieu manifesté en chair. Il n’était pas le Dieu Tout-puissant, mais simplement Dieu puissant. Avant qu’Il ne vienne en chair sur la terre, Il était le Dieu  Tout-puissant. Il s’appelait Jésus-Christ. Quand ce Dieu Tout-puissant est devenu un simple homme, Il est devenu Jésus-Christ de Nazareth, le Fils unique de Dieu. Le Jésus-Christ qui était au ciel, et le Jésus-Christ qui était sur la terre, étaient une même et seule Personne Divine. C’est ici la Manne Fraîche. Ce qui les différenciait, c’était leur corps. Au ciel,  Jésus-Christ avait un corps céleste et glorieux. Il était alors Seigneur des seigneurs et Roi des rois. Sur la terre, Il s’est Lui-même revêtu d’une chair humaine, et est devenu Fils de Dieu. C’est le Père qui est devenu Fils. Les deux sont un, c’est-à-dire ce sont une seule et même Personne Divine. Vous voyez ! Il n’y a donc pas de trinité de personnes Divines, formant un seul Dieu. La seule Personne Divine, digne de louange et de gloire, c’est le Seigneur Jésus-Christ. Souvenez-vous de cette Parole de l’Ecriture : Dieu viendra Lui-même pour sauver : «  Il viendra lui-même, et vous sauvera. » Maintenant, qui est venu pour nous  sauver ? C’est      Jésus-Christ de Nazareth. Donc, Jésus-Christ de Nazareth, c’était  Lui-même. Dieu s’est par conséquent, envoyé Lui-même pour nous sauver. C’est la pure Parole. Il n’a envoyé personne, mais Il est venu    Lui-même, en Jésus-Christ de Nazareth. C’est Dieu Lui-même qui a été conçu, par le Saint-Esprit, dans le sein de la vierge Marie, en prenant une forme humaine de chair et de sang. Sur la croix, c’était Dieu Lui-même, dans une chair humaine, qui mourut. En tant qu’Esprit, Il ne peut pas mourir pour nous sauver. Il est donc devenu un simple homme, tout en restant Esprit dans les cieux. Le Dieu-esprit, l’unique, s’est formé un corps de chair dans lequel Il est venu habiter sur la terre. Avant que ce corps ne soit crucifié, Il l’a abandonné. Je vous le dis encore, par la Parole de Dieu : C’est Dieu Lui-même qui est venu pour nous sauver.    Jésus-Christ de Nazareth, c’était Dieu Lui-même manifesté en chair. Que veut dire le Fils de Dieu, en affirmant : « Moi et le Père, nous sommes un ? » Il veut montrer Son égalité avec Son Père. Le Fils est donc égal au Père. Et le Père est égal au Fils. Dans ESAIE 46:5, Dieu pose une question importante : « A qui me comparerez-vous, pour le faire mon égal ? » La Manne Fraîche répond : Au Fils unique de Dieu, Il est égal du Père, étant Dieu Lui-même. Quand, je dis : Christ et moi nous sommes un, je ne parle qu’en termes d’union. Autrement dit, je suis uni à Christ. Mais, quand Christ, le Fils unique de Dieu dit : Moi et le Père, nous sommes un, Il parle en termes d’égalité. Vous voyez ! C’est le Fils unique, Jésus-Christ seul qui est l’égal de Dieu. Le Fils existait en forme de Dieu, mais n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé Lui-même. De quoi s’est-Il dépouillé ? Il s’est dépouillé de Sa suprême Divinité, de Sa Toute-puissance, pour pourvoir devenir un simple homme.

Frères, la prophétie d’ESAIE 35:4, qui dit que Dieu viendra      Lui-même s’est accomplie en Jésus-Christ de Nazareth. Celui-là était donc Dieu Lui-même. Avant que Sara ne devienne enceinte, Dieu         Lui-même est venu à Abraham. A chaque âge, Dieu Lui-même descend sur la terre pour habiter dans l’homme. C’est ainsi que Dieu lui-même était en Pierre, avec les clefs du Royaume des cieux. Mais Pierre n’était pas Dieu Lui-même. C’est ici la Manne Fraîche : Dieu Lui-même était en lui, mais il n’était pas Dieu Lui-même. Comprenez-vous ce mystère du Royaume des cieux ? Dieu Lui-même était en Paul, posant le fondement, mais il n’était pas Dieu Lui-même. Dieu Lui-même était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. Et Christ était Dieu Lui-même. Un seul est Dieu Lui-même, c’est Jésus-Christ. En ce temps prophétique de l’aube, Dieu Lui-même est en Christ-Moïse pour annoncer la Manne Fraîche, la Parole prophétique de l’aube, mais il n’est pas Dieu  Lui-même. Frères, je ne suis pas Dieu, mais j’ai été fait Dieu par Dieu, tout comme Moïse. Je ne suis pas Dieu Lui-même. Et je vous dis, par la Parole du Seigneur que vous pouvez aussi devenir enceintes, mes sœurs. Ne doutez point de cette Parole prophétique. Saisissez-la, et vivez par elle. Lorsque vous la prononcerez, croyez en elle, et croyez aussi en vos propres paroles. Alors la Lumière jaillira, et produira un miracle. Considérez le cas de la vierge Marie ; elle ne connaissait point d’homme, mais quand elle crut en la Parole prophétique qui vint à elle, par le biais de l’ange Gabriel, elle devint enceinte. Sa foi en cette Parole, a permis à Dieu de créer les conditions spirituelles, pour qu’elle tombe enceinte : Le Saint-Esprit est d’abord venu sur elle, et la puissance du Très-Haut l’a couverte de Son ombre. Amen !

Considérons maintenant, le cas d’Elisabeth : Elle était stérile, et Dieu l’a rendue féconde. L’ange Gabriel dit à son mari : « Ta femme Elisabeth t’enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. » Avant la conception de l’enfant, Elisabeth qui était stérile et avancée en âge, a subi une transformation de la part de celui qui a fait la promesse. En effet, le Seigneur, par Sa puissance créatrice et transformatrice, a renouvelé son appareil de reproduction, ainsi que celui de son mari. Il peut faire exactement la même chose pour vous, frères et sœurs. Je crois même qu’Il le fera, si vous avez la foi comme un grain de sénevé. Si vous croyez en vous-mêmes qu’Il le fera, alors Il le fera. C’est votre foi en Lui, qui L’amènera à accomplir ce miracle dans votre vie. Elisabeth a dépassé la ménopause, mais elle a pu enfanter parce que Dieu l’a visitée. Sœurs, le même Dieu qui l’a guérie de la stérilité, et qui l’a rendue féconde, fera la même chose pour vous. Croyez seulement !

Frères, souvenez-vous que c’est Zacharie qui a prié pour sa femme. L’ange Gabriel ne lui a-t-il pas dit : Ta prière a été exaucée ? (LUC 1:13). Le même Dieu qui l’a exaucé, vous exauce aussi. Avez-vous déjà commandé à la grossesse, depuis que vous croyez en Jésus-Christ ? C’est aujourd’hui, le temps convenable. Levez-vous, n’hésitez pas, et commandez par le Nom Tout-puissant Nom de Jésus-Christ. Sœurs, depuis que vous croyez en Jésus-Christ, avez-vous commandé à la grossesse ? C’est le temps convenable. Commandez par la puissance de résurrection qui est en vous ! Dans GENESE 25:21, l’Ecriture dit : « Isaac implora l’Eternel pour sa femme, car elle était stérile, et l’Eternel l’exauça. » Frères, implorez le Seigneur pour vos femmes, et Il vous exaucera. Et elles deviendront enceintes. Demandez au Seigneur, avec humilité et instance d’accomplir ce miracle pour vous. Et Il vous exaucera du haut des cieux. Ne perdez point courage ! Priez, priez, priez !

Dans 1 SAMUEL 1:5, l’Ecriture dit que Dieu a rendu Anne stérile. Et qu’a-t-elle fait ? Elle s’est rendue à Silo, le lieu d’adoration choisi par Dieu en ce temps-là, pour implorer la grâce du Seigneur. « Et l’amertume dans l’âme, elle pria l’Eternel et versa des pleurs. » (1SAMUEL 1:11). Et elle fit un vœu à Dieu : « Si tu donnes un enfant mâle, je le consacrerai à l’Eternel pour tous les jours de sa vie, et le rasoir ne passera point sur sa tête. » Frères, sœurs, avez-vous déjà fait un vœu de quelle que nature que ce soit à Dieu, en implorant Sa grâce ? C’est le temps convenable. Si quelqu’un veut faire un vœu, ce vœu ne sera pas forcément similaire à celui d’Anne, mais il lui sera semblable. Anne, dans son affliction a fait un vœu à Dieu. Quand Dieu l’a visitée, elle est tombée enceinte quand son mari est allé avec elle. Et elle a honoré son vœu. Si vous faites un vœu, honorez-le ! Soyez des hommes et des femmes de parole, des hommes et femmes d’honneur. Anne a imploré Dieu dans le lieu d’adoration choisi par Dieu. Et elle a été exaucée. En ce temps prophétique de l’aube, où se trouve le lieu d’adoration choisi par Dieu ? Là où est l’incarnation du mystère du cadavre de MAT. 24 : 28, là se trouve ce lieu. Allez donc en ce lieu, et implorez le Seigneur, qui vous exaucera. C’est le temps convenable pour ces choses. Qui est l’incarnation du mystère du cadavre ? C’est votre serviteur : Frère    Christ-Moïse, le Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube. Dieu l’a fait Moïse, et Il l’a fait Dieu. C’est ici le mystère de la Divinité de l’homme. La Manne Fraîche, ce n’est pas seulement la Divinité dans l’homme, mais aussi et surtout la Divinité de l’homme. Les païens croient en la Divinité de Dieu, ils ne croient pas en la Divinité de l’homme. Nous, nous croyons, et en la Divinité de Dieu, et en la Divinité de l’homme. Savez-vous que la foi en Dieu est une foi imparfaite ? Le croyez-vous ? Si vous croyez seulement en Dieu, sans croire en Dieu manifesté en chair, votre foi est imparfaite. En outre, si vous croyez en Dieu, et vous ne croyez pas en vous-mêmes, votre foi est également imparfaite. C’est ici la Manne Fraîche. Dans JEAN 14:1, Jésus-Christ homme dit : « Croyez en Dieu, et croyez en moi. » Qu’est-ce à dire, sinon qu’il faut croire en Dieu, qui est Esprit, et croire aussi en Dieu manifesté en chair, en Dieu devenu un simple homme. En ce temps prophétique de l’aube, nous croyons en Dieu, et nous croyons aussi en Dieu manifesté en chair, et nous croyons également en nous –mêmes ? Où faut-il adorer Dieu aujourd’hui ? C’est là où la Parole prophétique est prêchée, sans mélange et sans hybridation. A Adjouffou, à Tongon (Korhogo), au Ghana, à Agboville, à Lokoa, on peut adorer Dieu, car cette Parole vivante y est prêchée. Là où est le corps mort, c’est là qu’il faut adorer, car là où est ce corps, là est aussi la lumière spirituelle appelée aujourd’hui Gosen. Dans le pays d’Egypte, où était la lumière, quand Dieu envoya les ténèbres ? Elle était uniquement à Gosen, là où était Moïse, l’homme que Dieu a fait Dieu. Aujourd’hui, où est la lumière, quand Dieu a envoyé les ténèbres sur toutes les églises, et sur le monde entier ? Elle se trouve uniquement là où est l’homme que Dieu a fait Dieu, en ce temps prophétique de l’aube. Elle est aussi là où la Manne Fraîche, la Parole prophétique, est prêchée.

De même qu’Anne a imploré le Seigneur elle-même, de même, sœurs, vous pouvez aussi le faire, car Il vous écoute aussi. N’êtes-vous pas les femmes d’élites ? De quoi avez-vous peur ?

FEMMES D’ELITE

Tu es une femme d’élite, une femme de distinction et d’excellence.

Tu es une femme vertueuse : C’est ta position en Christ.

Femmes vertueuses, je vous salue,

Car vous êtes les élues.

De Dieu en ce temps prophétique de l’aube,

Et sur vous coule la rosée de l’aube.

Femmes d’élite, je vous honore,

Vous qui vous levez pour précéder l’aurore.

Votre soumission est synonyme de grandeur,

De prospérité et de bonheur.

Femmes d’excellence, vous avez la victoire,

Et votre âme crie victoire.

Sur tous vos ennemis,

Car Christ est votre ami.

Anne était une femme d’élite, d’honneur, de distinction et d’excellence. Et elle pria jusqu’à l’exaucement total.

Sara était une femme d’élite, d’honneur, de distinction et d’excellence. Et elle crut en la fidélité de Dieu. C’est ici l’une des caractéristiques de toute femme d’élite : Elle appelait son mari Seigneur. Vous voyez ! Elle avait la révélation concernant la Divinité de son mari. Frères, le père de la foi, pouvait-il ne pas être fait Dieu ?

Anne, la prophétesse, qui avait quatre-vingt-quatre ans, était aussi une femme d’élite. Restée veuve, elle ne quittait pas le temple, et elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière.

Femmes d’élite de la Manne Fraîche, imitez la foi de ces femmes.

Que Dieu bénisse abondamment !

Je vous aime.

A bientôt !

FRERE CHRIST-MOÏSE, LE FILS DE L’HOMME


 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix