Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 43 invités et 2 membres en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
1322
Hier :
2276
Semaine :
5823
Mois :
47749
Total :
2664862
Il y a 31 utilisateurs en ligne
-
30 invités
-
1 membre : engladbig


LA CONSECRATION DE JESUS-CHRIST DE NAZARETH PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 07 Mai 2016 17:19

Message prêché le mardi 21 janvier 2014, au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Plateau-Dokui ; Abidjan ; RCI. Matin


Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.


Bonjour à tous. Nous allons voir ce matin, la consécration de    Jésus-Christ de Nazareth.

La consécration de Jésus-Christ de Nazareth a commencé dans    l’éternité dans la Pensée de Jésus-Christ le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, le Dieu des dieux, l’Immortel, l’Invisible, le Créateur des cieux et de la terre et de tout ce qu’ils renferment. Puis quand Jésus-Christ le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, le Dieu suprême, la Parole suprême et éternelle a résolu en Son cœur de devenir un simple homme, en devenant Fils unique de Dieu, en la Personne de Jésus-Christ de Nazareth, Il s’est formé un corps de chair et de sang. Quand Jésus-Christ, Dieu le   Père, voulait devenir le Fils unique de Dieu, en la Personne de   Jésus-Christ de Nazareth, Il a changé de forme. Il a transformé Sa forme spirituelle, céleste et surnaturelle en une forme physique, terrestre et naturelle. Cette transformation est une consécration dans la mesure où Il se mettait à part Lui-même, afin de venir sur la terre pour accomplir l’œuvre de la rédemption. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. C’est juste. Quand Jésus-Christ le Dieu Tout-puissant est devenu Jésus-Christ de   Nazareth, Dieu puissant, Il s’est consacré Lui-même, Il s’est mis à part Lui-même pour accomplir Sa propre volonté. Quand le Père voulait devenir Fils, Il s’est formé un corps de chair et de sang, semblable à notre corps. La formation de ce corps est une consécration. N’ayant personne pour Le consacrer, Il s’est consacré Lui-même. Celui qui consacre est    au-dessus de celui qui est consacré, au moment de la consécration. Or, personne dans les cieux, sur la terre et sous la terre, n’est plus grand que Lui. Alors, Il s’est consacré Lui-même en se mettant à part de Sa seule autorité, afin de se servir Lui-même dans le sacerdoce. Oui Monsieur. Quand Dieu, qui est esprit, a changé de forme, en devenant semblable aux hommes, et ayant paru comme un simple homme en Jésus-Christ de     Nazareth, Il s’est consacré Lui-même pour se servir Lui-même, et pour servir et donner Sa vie comme la rançon des enfants de Dieu, qui étaient en captivité dans le royaume des ténèbres contrôlé par Satan, un ange des ténèbres. Dans une de mes prédications, j’ai dit que Satan n’est pas devenu un ange des ténèbres, mais qu’il a été créé par Dieu comme tel. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole : Satan n’a jamais été un ange de   lumière, devenu par la suite un ange des ténèbres. Dieu l’a créé ange des ténèbres. Il y a deux sortes d’ange : Les anges de lumière et les anges des ténèbres, tout comme il y a deux sortes d’hommes sur la terre : Les  enfants de Dieu et les enfants du diable. Aucun enfant de Dieu ne peut devenir un enfant du diable. Et aucun enfant du diable ne peut en aucun cas devenir un enfant de Dieu. De même aucun ange de lumière ne peut devenir un ange des ténèbres, et aucun ange des ténèbres ne peut devenir non plus un ange de lumière. Frère Christ-Moïse, l’Ecriture dit, dans ESAIE 14 : 12, que Satan est un astre brillant. Comment peut-on expliquer cela ? Frères, la même Ecriture dit, dans 2 CORINTHIENS 11 : 14, que, le même Satan qui est un astre brillant, se déguise en ange de   lumière. Comprenez-vous ce mystère ? Satan est donc un astre brillant qui se déguise en ange de lumière. Ô, quel mystère ! Si Satan est vraiment un ange de lumière, pourquoi a-t-il encore besoin de se déguiser en ange de lumière ? S’il se déguise en ange de lumière, c’est parce qu’il n’est pas l’ange de lumière. Etant un ange des ténèbres, il peut se déguiser en ange de lumière. Satan est un astre brillant. C’est l’Ecriture. Mais Jésus-Christ aussi est un Astre brillant. D’après la Parole de l’Ecriture, dans  2 PIERRE 1 : 19, Il est l’Etoile brillante du matin. Satan est astre  brillant. Jésus-Christ aussi est un Astre brillant. Nous sommes donc en présence de deux êtres lumineux. Pourtant l’un est diabolique, et l’autre est Divin. Satan est une lumière diabolique. Jésus-Christ, quant à Lui, est une Lumière Divine. Il est l’unique Lumière Divine, la Lumière Divine par essence et par excellence. Il y a donc deux sortes de lumière : La    Lumière Divine et la lumière diabolique. La Lumière Divine, qui est    incréée, existe par elle-même et elle vit par elle-même. La lumière diabolique elle, a été créée par le Dieu de toute lumière. En Jésus-Christ, La Lumière Divine, la Véritable Lumière, brille. En Satan, la lumière diabolique aussi brille. En Satan, l’astre brillant, se trouve la lumière diabolique. En Jésus-Christ se trouve la Lumière Divine, et Il est la Lumière   Divine. Satan est une lumière diabolique, qui brille, afin de séduire ses propres enfants. Jésus-Christ est la Lumière Divine qui brille, afin d’éclairer Ses enfants et de les conduire sur le chemin qui conduit à la plénitude de la Vie éternelle et de la gloire céleste.

Dans JEAN 1 : 5, l’Ecriture dit : « La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue. » De quelle lumière s’agit-il ici ? Il s’agit de Jésus-Christ homme, qui dit d’ailleurs : Je suis la lumière du monde. La Lumière dans ce contexte est donc une personne, un     homme. Et cette Lumière, qui est une personne, brille. Cela ne veut pas dire qu’une lumière sortait de Jésus-Christ homme. Cela veut dire qu’Il est d’essence Divine, qu’Il est Fils de Dieu, alors que Dieu Lui-même est Lumière. Il était semblable à tous les Juifs. Pourtant Il était Lumière. A cause de Sa nature Divine. A cause de Son essence Divine. A cause de Son origine Divine. Satan aussi est  ténèbres à cause de son essence diabolique. Ce n’est donc pas parce qu’il a un corps de couleur noire ou ténébreuse. Toujours dans JEAN 1 : 5, l’Ecriture parle aussi des ténèbres, qui n’ont pas reçu la lumière. Cette Lumière étant une personne, comprenez que les ténèbres, ce sont aussi des personnes. Ces personnes sont appelées ténèbres par la Parole, c’étaient en premier lieu les Juifs. Or, nous savons qu’ils n’ont pas un corps de couleur noire, mais de couleur claire. Par conséquent, le fait qu’ils soient considérés comme des ténèbres n’a absolument rien avoir avec l’éclat de leur peau. Il en est ainsi de Satan : Le fait qu’il soit un ange des ténèbres n’a rien avoir avec l’éclat de son corps. Son corps a l’aspect d’une lumière, mais sa nature est diabolique. C’est donc à cause de cette nature diabolique et de cette essence diabolique que Dieu lui a donnée lors de sa création, qu’il est un ange des ténèbres. Et il ne pourra jamais devenir un ange de lumière. Il a cependant, le pouvoir de se déguiser en ange de lumière.

Revenons à la consécration de Jésus-Christ de Nazareth. En Lui, le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, le Dieu Suprême, est devenu semblable aux hommes, et a paru comme un simple homme. En devenant un simple homme, Il s’est consacré, afin d’accomplir une œuvre spéciale que personne d’autre ne peut accomplir. Lorsque Christ entrait dans le monde, Il dit à Son Père : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps ; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le    péché. Alors j’ai dit : Voici, je viens, pour faire, ô Dieu, ta  volonté. » (HEB. 10 : 5-7). Frères, Dieu le Père a formé un corps à Christ Son Fils unique. Ce corps a été formé dans la sainteté. C’était donc un corps saint. Savez-vous ce que signifie le mot "saint" ? Ce mot signifie pur et séparé ; il veut dire mis à part. Le corps de Christ formé par Son Père était un corps saint, c’est-à-dire qu’il était pur, séparé des autres corps, et mis à part pour accomplir une œuvre. Quelle était cette œuvre ? Cette œuvre consistait à faire la volonté de Son Père. Son corps a donc été mis à part, consacré, afin de remplacer les sacrifices d’animaux que Dieu n’agréait plus. Il a été mis à part pour servir désormais de sacrifices pour les péchés. Il a été mis à part pour être une victime expiatoire. Il a été consacré pour prendre nos péchés, et pour devenir péché pour nous. Avant qu’Il ne soit conçu et formé dans le sein de la vierge Marie, Dieu Le connaissait ; et avant qu’Il ne soit né, Il L’a consacré, afin d’être  l’Agneau de Dieu qui devait ôter le péché du monde.

Comment Dieu a-t-Il formé le corps de Jésus-Christ de Nazareth ? Contrairement à ce que dit frère Branham, Il n’a pris ni ovule ni spermatozoïde pour faire un quelconque croisement. Pour savoir comment Dieu a formé le corps de Christ le dernier Adam, il est nécessaire de considérer comment Il a formé celui du premier Adam. Pour former le corps du premier Adam, Il a prononcé la Parole. Comment a-t-Il formé le corps du dernier Adam ? Il a aussi prononcé la Parole depuis le temps d’Esaïe le prophète, en ces termes : « Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils, et elle appellera son nom Emmanuel. » (ESAIE 7 : 14). Cette Parole prophétique, sortie de la bouche du prophète, a eu son accomplissement en la personne de la vierge Marie. Cette femme d’élite, de distinction, d’excellence et de foi, a été choisie par Dieu pour porter en son sein béni son Fils unique, et Le mettre au monde. Une grâce lui a été faite. Par cette grâce Divine, la vierge Marie a été mise à part, séparée des autres femmes, consacrée, afin d’être un merveilleux instrument entre les mains du Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. Sa consécration repose essentiellement sur le mystère de l’Immaculée Conception. Marie, comme toutes les femmes et tous les hommes, a été conçue dans le péché, et est née dans le péché. Mais quand Dieu l’a choisie d’entre les femmes pour porter en son sein le Saint enfant Jésus, Il a fait un miracle dans sa vie : Il l’a purifiée de tout péché, et Il l’a rendue sainte. Elle était alors devenue l’immaculée conception, prête à recevoir en son sein, la Parole faite chair, la véritable Immaculée Conception. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Dieu a souverainement séparé la vierge Marie des pécheurs, avant la conception du Saint enfant Jésus, le Fils unique du Père.

Frères, Dieu n’était-Il pas devenu fou en révélant à Esaïe Son  prophète qu’une vierge allait devenir enceinte, sans aucun rapport sexuel ? Si Il était devenu fou. Et Il a transmis à Son prophète, Sa folie. Et le prophète, oint de la folie de Dieu, a prophétisé. Ce fut un scandale dans tout Israël, où on prenait Esaïe le prophète pour un fou. Frères, il était vraiment devenu fou. Personne n’a cru en sa parole, qui était pourtant la Parole de Dieu. Car elle dépassait l’entendement humain et contredisait toutes les avancées scientifiques de cette époque, et toutes les  connaissances humaines. Lors de l’accomplissement de cette mystérieuse Parole de Dieu, l’ange Gabriel est descendu sur la terre, ivre de la folie de Dieu. Il dit à la vierge Marie : « Voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. » La vierge Marie qui était remplie de la sagesse humaine, lui dit : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? Alors l’ange Gabriel lui dit : «  Le  Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » Après avoir entendu ces Paroles, quelque chose s’est passé en elle. Et elle dit à l’ange Gabriel : « Qu’il me soit fait selon ta parole ! » Ô, frères, avez-vous remarqué qu’elle aussi était devenue folle, parlant selon la folie de Dieu ? Ô, quelle Parole ! L’ange Gabriel qui était venu apporter cette Bonne nouvelle à la vierge Marie, fut choisi par Dieu parmi tous les anges. Il était donc consacré par Dieu pour cette annonce particulière de la Parole prophétique concernant la conception et la     naissance de la Parole faite chair, de Dieu manifesté en chair.

Qu’il me soit encore permis de parler de Satan qui a été créé ange des ténèbres, bien qu’il soit un astre brillant. Le fait qu’il soit un astre brillant ne veut pas dire qu’il est un ange de lumière. Considérons maintenant Jésus-Christ de Nazareth. Dans ESAIE 53 : 2, l’Ecriture dit qu’Il « n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect  n’avait rien pour nous plaire. » Vous voyez ! Il n’avait pas d’éclat pour attirer les regards, pourtant Il était la Lumière du monde. Voilà une lumière qui n’avait pas d’éclat. Comprenez donc que ce n’était pas l’éclat de Son corps qui faisait de Lui la Lumière, mais l’éclat de Son âme, de Son cœur, et de Son esprit. Son homme intérieur était éclatant de lumière, alors que Son aspect n’avait pas d’éclat. Jésus de Nazareth n’était pas beau physiquement, mais en Lui résidait la beauté éternelle aux éclats  incommensurables. En tant que Lumière, Jésus brillait puissamment, alors que Son aspect n’était pas lumineux ; il n’avait pas d’éclat. Je prie que vous compreniez les Ecritures et la puissance de Dieu.

Quand la consécration de Jésus de Nazareth a-t-elle commencé sur la terre ? Comment s’est-elle faite ? La consécration de Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu, a commencé dans le sein de la vierge Marie, lorsque Dieu Lui a formé un corps. Ce corps est un corps du péché, formé dans la sainteté, et destiné à prendre le péché du monde, et à devenir péché pour nous. La formation de corps du péché, par la puissance du Saint-Esprit, est un acte de consécration dans la mesure où Dieu l’a mis à part pour une  œuvre particulière : Porter nos péchés, et devenir péché pour nous, afin que nous soyons justifiés en Lui. Avant même que Jésus ne soit conçu et formé par le Saint-Esprit dans le ventre de la vierge Marie, Dieu L’avait choisi, consacré et établi Agneau de Dieu qui devait ôter le péché du monde. En formant ce corps du péché à Christ Son Fils unique, c’était à Lui-même, en vérité, qu’Il formait ce corps. Car le corps de Christ, était le temple du Dieu vivant, du Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. Dieu le Père s’était formé un corps dans lequel Il devait tabernacler plus tard. Ce corps humain dans lequel Il devait tabernacler était mis à part, consacré à devenir Sa demeure sur la terre. Ce corps humain qui était le corps que Dieu le Père prit lorsqu’Il devint un simple homme s’appelle Jésus. Le corps de Jésus le Fils de Dieu, était le corps de Dieu le Père quand Il    devint homme. Tout ce qui appartient au Fils, appartient aussi au Père. Et tout ce qui appartient au Père, appartient pareillement au Fils. Car le Père et le Fils sont un, lorsqu’on les considère du point de vue spirituel.    Maintenant voyons comment le corps de Christ a été formé. Dans   HEBREUX 10 : 5, l’Ecriture dit que Christ, entrant dans le monde, a parlé à Son Père, en ces termes : « Tu n’as voulu ni sacrifice, ni offrande, mais tu m’as formé un corps. » Pourquoi ce corps a-t-il été formé ? Conformément à la Parole de l’Ecriture, dans HEBREUX 10 : 6-7, il a été formé pour faire la volonté de Dieu le Père, par rapport au sacrifice expiatoire. Il a été formé, et mis à part, pour remplacer  le sang des  animaux qu’on répandait pour l’expiation des péchés. Ce sang étant inefficace et ne pouvant rien amener à la perfection, il devait être remplacé par un sang plus puissant, plus innocent et plus saint. Avec le sang des animaux, les péchés étaient seulement couverts. Chaque année le souverain sacrificateur entrait dans le lieu très saint avec le sang des animaux pour obtenir l’expiatoire des péchés des enfants d’Israël. Ce sang qui couvrait les péchés, n’agissait que pour les péchés des enfants d’Israël. Il ne prenait pas en compte les péchés des autres peuples. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole ! Dieu ne s’occupait pas des péchés des autres hommes. Il ne s’occupait que des péchés d’Israël. C’était seulement à Son peuple qu’Il révéla ce qu’il fallait faire pour que ses péchés soient couverts, expiés et pardonnés. Parmi tous les hommes qui étaient sur la terre, Il avait choisi, consacré, et mis à part les enfants pour la gloire de Son Nom, et pour lui témoigner Son amour et Sa fidélité. Ce peuple était donc prédestiné à Le connaître et à Le servir. Dieu n’avait prévu aucun plan de rédemption pour les autres peuples, si ce n’est pour le peuple d’Israël, qu’Il avait souverainement choisi et aimé. Le sang des animaux, vous    dis-je, au Nom de l’Ecriture, ne couvrait que les péchés d’Israël. Mais Dieu, dans Sa grande bonté, n’a pas oublié les autres peuples, au milieu desquels se trouvent Ses élus. Il a conçu pour Ses élus un plan de rédemption plus excellent et plus parfait, lequel devait s’accomplir puissamment en Jésus Son Fils unique. Avec le Sang de Son Fils unique, les péchés sont plus que couverts, plus qu’expiés, plus que pardonnés. Ils sont complètement ôtés et abolis. Frères, je vais vous dire un mystère : Dans EXODE 29 : 36-37, Dieu dit à Aaron : « Tu offriras chaque jour un taureau en sacrifice pour le péché, pour l’expiation… » Cette loi pour l’expiation du péché a été donnée uniquement aux enfants d’Israël, et non aux autres peuples qui étaient aussi sur toute la terre. Pourquoi ? Je crois que c’est parce que sur la toute la terre, il n’y avait des enfants de Dieu que parmi les enfants d’Israël. C’est à cause de leurs péchés, que Dieu a prescrit cette loi. Parmi les peuples auxquels cette loi Divine n’a pas été prescrite, il n’y avait pas d’enfant de Dieu. C’est ici la   Manne Fraîche, la pure Parole. Là où le sang des animaux était répandu sur ordre de Dieu, là se trouvaient les élus de Dieu dont les péchés devaient être pardonnés. Les péchés des autres peuples ne pouvaient pas être pardonnés, parce qu’il n’y avait pas d’enfants de Dieu parmi eux. Me comprenez-vous ? Prenons par exemple le peuple ébrié, et faisons comme s’il existait du temps de Moïse où Dieu prescrivait la loi pour l’expiation des péchés. Comme les autres peuples, les ébriés aussi péchaient. Mais n’ayant pas la révélation de la loi Divine pour l’expiation, leurs péchés ne pouvaient pas être pardonnés. Considérons maintenant les Egyptiens du temps de Moïse. Ils péchaient aussi. Mais ne leur avait pas prescrit la loi concernant l’expiation et le pardon des   péchés. Cette loi Divine a été révélée à Moïse l’homme que Dieu a fait Dieu, et prescrite à Aaron le souverain sacrificateur, dans le désert, c’est-à-dire hors du pays d’Egypte. Frères, en ce temps-là, dans le pays d’Egypte, il n’y avait aucun élu de Dieu. S’il y avait un, Dieu lui aurait révélé cette loi Divine pour le pardon de ses péchés. Dans  HEBREUX 9 : 22 ; l’Ecriture dit que « Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon. »Or, du temps de Moïse, il n’y avait l’effusion de sang que parmi les enfants d’Israël. L’Ecriture dit que Dieu est Amour. Nous y croyons. Mais Son Amour est sélectif ; car le Dieu d’amour n’aime pas tout le monde. Souvenez-vous des deux jumeaux de Rebecca : Esaü et Jacob. Avant qu’ils ne soient nés, Dieu dit : « J’ai aimé Jacob, et j’ai haï Esaü. » (ROMAINS 9 : 13). Frères, le Dieu d’amour aime-t-Il tous les hommes ? Non. Il aime les uns, et Il hait les autres, avant même qu’ils soient nés formés dans le sein de leurs mères. Il n’aime que Ses propres enfants ; Il hait les enfants du diable. L’effusion de sang pour le pardon des péchés est uniquement réservée à Ses propres enfants. Il ne pardonne que les péchés commis par Ses propres enfants. Avec le sang des animaux, Il ne pardonnait que les péchés de Ses propres enfants. Avec le sang des animaux, Il ne pardonnait que les péchés de Ses propres enfants. Avec le Sang de Jésus, les péchés de Ses enfants sont ôtés une fois pour toutes. Tandis que le sang des animaux n’agissait qu’en faveur des   enfants de Dieu qui étaient parmi les enfants d’Israël, le Sang de Jésus, avec Son caractère et Sa dimension universels, agit en faveur de tous les  enfants de Dieu, qui se trouvent au milieu de tous les peuples habitant sur la terre. La puissance et l’efficacité de Son Sang, sont telles que les   péchés commis par les saints de la première alliance, sont également ôtés. Son Sang est tellement puissant, qu’il a pu purifier la mémoire même du Dieu Tout-puissant, de tous nos péchés. C’est pourquoi d’ailleurs, Il dit : « Je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. » (HEBREUX 10 : 17). A cause donc du Sang de l’Agneau immolé, Dieu a oublié tous nos péchés. Désormais, ayant été ainsi purifiés de tous nos péchés par le Sang de Christ, nous sommes sans péché ; et nous ne pratiquons pas le péché, et nous ne pouvons pécher, car la semence incorruptible de la Parole de sainteté et de justice demeure en nous, par la puissance de résurrection.

Frères, l’effusion du sang des animaux permettait d’obtenir le  pardon de Dieu pour les péchés. Mais ce sang ne pouvait pas les enlever, les ôter, les abolir. Seul le Sang de Jésus, qui est du sang consacré, a le pouvoir exclusif de les ôter et de les abolir, une fois pour toutes. Dans HEBREUX 10 : 4, l’Ecriture dit qu’il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés. » Ce qui était impossible au sang des animaux a été rendu possible par le Sang de Jésus. Quand je parle du Sang de Jésus, je ne parle pas du sang qui est sorti de Lui, quand Il a été percé. Car ce sang-là était impur, souillé et sale. Je suis étonné que les chrétiens boivent ce sang-là. Quiconque boit ce sang maudit, en songe ou en vision, boit aussi la mort, car il n’y a pas de vie dans ce sang. C’est ici la Manne Fraîche. Le Sang qui nous a sauvés, et qui a ôté les péchés, a été répandu dans le jardin de Gethsémané pendant que le Fils de l’Homme, en agonie, priait instamment. En ce temps-là, Il avait donné Son Sang pour les péchés, avant qu’Il ne bût la coupe du péché, et qu’Il ne devînt péché. Souvenez-vous que le Fils de l’Homme est devenu péché, après avoir bu la coupe. Avant de boire cette coupe, Il n’était pas devenu péché, et il n’y avait aucun péché en Lui. C’est en ce moment-là qu’Il a donné Son Sang pour la rémission et l’abolition des péchés. Ce don de Sang a inauguré le processus du pardon et de l’abolition des péchés, et celui de la réconciliation avec Dieu. Ce Sang versé pendant qu’Il priait, était pur, saint et innocent. Alors que le sang versé sur la croix, après qu’Il soit devenu péché, était souillé et impur. Ce sang souillé et impur ne pouvait ni donner la vie, ni ôter les péchés, ni les purifier, ni nous réconcilier avec Dieu. Souvenez-vous de ce que dit l’Ecriture : « Dieu était en Christ réconciliant le monde avec Lui-même. » Frères, comprenez ceci ; Sur la croix, Dieu n’était plus en Christ, car Celui-là dit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Si Dieu L’a abandonné, cela veut dire tout simplement qu’Il n’était plus en Lui. Si Dieu n’était plus en Lui quand Il fut crucifié, cela veut dire tout simplement que la réconciliation n’a pas eu lieu en ce moment-là. Le processus de la réconciliation a commencé dans le jardin de Gethsémané, quand Dieu était encore en Lui. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Est-ce que vous voyez ce que je vois ? Ce mystère a été caché durant les âges aux yeux des sages de ce monde. Mais il est maintenant révélé, par le Saint-Esprit, et par la Manne   Fraîche, en ce temps prophétique de l’aube, lorsque Christ le Seigneur est entré dans Son temple. Ce processus a continué lorsque le Seigneur a repris la vie qu’Il avait donnée, en ressuscitant d’entre les morts. Dans HEBREUX 9 : 11, l’Ecriture dit qu’Il «  est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. » Avec quel sang est-il entré dans ce lieu ? Est-ce avec le sang qui est  sorti de Son corps mort et abandonné ? Non Monsieur. Car ce sang était retourné à la terre. Ce sang était répandu sur la terre, qui l’avait absorbé. Je sais que le Sang qui a été versé dans le jardin de  Gethsémané, a été aussi répandu sur la terre. Mais la voix de ce Sang pur qui criait à Dieu, et qui parlait plus fort que le sang d’Abel, a été recréé dans le corps ressuscité de Christ, par un acte créateur du Saint-Esprit. A la résurrection, Dieu a encore formé un corps à Son Fils unique, Jésus de Nazareth. Avant Sa mort, Il avait un corps du   péché, qui portait nos péchés, et qui devint péché pour nous. Il a été enseveli dans ce corps du péché devenu péché. Mais lors de la résurrection Dieu Lui-même a formé un autre corps plus parfait que le premier, mais qui n’avait pas encore atteint la perfection absolue. C’était donc un corps imparfait, mais qui était plus parfait que le corps du péché. Il était plus parfait tout en étant imparfait, en ce sens que Dieu a transformé le corps du péché en un corps de justice. Dans ce nouveau corps, qui était le corps de justice et de sainteté, Dieu a mis un Sang nouveau, un Sang pur, Saint et innocent. C’était dans ce corps nouveau ; qu’Il entra dans le lieu très saint, afin d’obtenir pour nous une rédemption  éternelle. Ce corps nouveau et ce Sang nouveau étaient consacrés pour une œuvre spéciale : La purification et l’abolition des péchés.

Comment le corps saint, mais imparfait de Christ, a-t-il été formé dans le sein de la vierge Marie ? Sachez de prime abord qu’avant la conception du Saint enfant par le Saint-Esprit, la vierge Marie, qui   devait Le porter en son sein, a été sanctifiée et purifiée de tout péché, devenant ainsi une immaculée conception destinée à recevoir en elle l’Immaculée Conception par essence et par excellence. C’est ici la  Manne Fraîche, la Parole prophétique de ce temps prophétique de  l’aube. La sanctification de la vierge Marie est une consécration. Après cette sanctification, Dieu a prononcé Sa Parole par la bouche de l’ange Gabriel, qui dit à la vierge Marie : « Voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. » C’est cette    Parole révélée qui a formé le corps de Jésus dans le ventre de la vierge Marie. L’ange Gabriel a ainsi exprimé par la Parole, la Pensée cachée de Dieu. Et cette Pensée Divine exprimée par la Parole est devenue une  création. Par la bouche d’Esaïe le prophète, Dieu avait promis de donner un signe à l’humanité. Ce signe, c’est qu’une vierge concevra. Une vierge peut-elle concevoir ? Scientifiquement et humainement parlant, c’est   impossible. Mais ce qui est impossible à la sagesse de l’homme a été   rendu possible par la folie de Dieu. Et la vierge Marie a conçu. Dans LUC 1 : 34, elle dit à l’ange : « Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? » Et l’ange lui répondit : « Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » Vous voyez ! L’action conjuguée de la Parole révélée et de la puissance du Saint-Esprit a formé Christ dans le ventre de la vierge     Marie, dans une parfaite sainteté. Bien que conçu dans la sainteté, Christ n’était pas parfait. Il était imparfait. Il était saint, mais imparfait. Il était sans péché, ayant été conçu sans péché. Mais Il était imparfait. Dans   HEBEUX 2 :10, l’Ecriture dit qu’il « convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut. » Qui est ce Prince ? C’est Christ, la Parole faite chair. Avez-vous compris ce que dit l’Ecriture ? Dieu a élevé à la perfection par les souffrances Christ le Prince de notre Salut. Pourquoi avait-Il besoin de L’élever à la perfection ? C’est parce que Christ était imparfait. C’est ici la Manne Fraîche. Son élévation à  la perfection était une consécration dont le double objectif était de Le faire asseoir sur le trône de gloire, à la droite de la majesté Divine dans les lieux très élevés, et de Lui donner le Nom qui est au-dessus de tout nom. Le don de ce Nom de Jésus-Christ, est une consécration. A Sa naissance, qui était une consécration, le Nom de Jésus Lui a été donné, sur la Parole de l’ange Gabriel. Ce Nom était un nom de consécration. Pendant l’exercice de Son ministère, le Fils de l’Homme a demandé à Ses disciples qui Il était. Et Pierre Lui dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Le Nom de Christ lui a été révélé par le Père qui est dans les cieux. C’est un nom de consécration. Après avoir souffert, Dieu a souverainement élevé le Nom de Jésus-Christ à la perfection, afin qu’Il soit au-dessus de tout nom. Pourquoi une telle élévation ? C’est parce que ce Nom était inférieur à celui des anges. Que dit   l’Ecriture à ce sujet ? Elle dit que le Fils, qui était le reflet de la gloire de Dieu, et l’empreinte de Sa Personne, a fait la purification des péchés, et s’est assis à la droite de la majesté Divine dans les lieux très élevés ; et Il est «  devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur. » (HEBREUX 1 : 2-4). Avant de s’asseoir à la droite de la majesté Divine dans les lieux très élevés, le Fils de l’Homme portait un nom inférieur à celui des anges, et moins excellent que le leur. Quel était ce nom ? C’était Jésus-Christ. C’est seulement après avoir été élevé à la perfection, et après qu’Il soit assis à la droite de la majesté    Divine dans les lieux très élevés, qu’Il a hérité d’un nom supérieur et plus excellent que celui des anges. Quel est ce nom ? C’est Jésus-Christ. Ce Nom de Jésus-Christ, est un nom de consécration dont la durée de vie viendra à terme quand le nouveau nom du Fils de l’Homme sera révélé dans les âges éternels.

Dans le ventre de la vierge Marie, le Fils de Dieu a été conçu par le Saint-Esprit dans une chair du péché. Il est né dans cette chair du péché. Et Il a vécu pendant trente-trois ans et demi dans cette même chair du  péché, sans jamais pécher. Il est mort dans cette chair du péché, après avoir pris nos péchés, et après qu’Il soit devenu péché pour nous. Avant Sa résurrection, Dieu Lui a formé un autre corps, qui était le corps de justice et de sainteté dans lequel il n’y avait plus de péché. Avant de s’asseoir à la majesté Divine dans les lieux très élevés, Son corps a subi une autre transformation, afin d’être un nouveau corps consacré. Ce nouveau corps n’est pas un corps de chair et de sang. C’est un corps céleste, glorieux, incorruptible, immortel et éternel. Ce corps dont la splendeur  dépasse toute connaissance, toute intelligence et toute sagesse, est revêtu de solennité, de beauté, de gloire, de lumière et de perfection infinies. Le Seigneur Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant se consacrera Lui-même en consacrant Son corps rempli de puissance et de sainteté infinies pour Son propre Sacerdoce dans le Royaume éternel.

Dans le sein de la vierge Marie, le Saint enfant, consacré au ministère de la Parole prophétique, a donné Sa toute première prédication, laquelle était essentiellement destinée à Son Père. Dans cette prédication, Il a révélé pourquoi un corps Lui a été formé. Cette révélation Lui venait de Son Père. Vous voyez ! Dès le sein de la vierge Marie, Sa mère porteuse et adoptive, la Parole de Dieu Lui a été adressée. Or, selon l’Ecriture, sont appelés Dieux, ceux à qui la Parole de Dieu est adressée. Comprenez-vous pourquoi Jésus-Christ est Dieu ? Dans le sein de la vierge Marie, Il était déjà la Parole faite chair. Il y était donc Dieu manifesté en chair. Il était déjà la révélation du mystère de la piété. Quand la Parole a été faite chair dans le sein de la vierge Marie, c’était une consécration, Dieu se mettant Lui-même à part, se consacrant Lui-même en se formant un corps pour faire Sa propre volonté en rapport avec l’expiation et l’abolition du péché. A douze ans, le Fils de l’Homme a fait un autre pas dans la consécration, en s’occupant des affaires de Son Père. Ce jour-là, Il était assis au temple au milieu des docteurs de la loi, les écoutant et les interrogeant. L’Ecriture dit que « tous ceux qui l’entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. » Ô, frères, les Juifs ne savaient même pas que le Dieu de leurs pères qu’ils servaient avec tant de zèle et dévouement, était au milieu d’eux, voilé dans le corps d’un enfant de douze ans. Ces docteurs de la loi étaient des gens versés dans les Ecritures, mais ils ne savaient pas que Celui dont elles rendaient témoignage, était au milieu d’eux. En ce temps prophétique de l’aube, les Ecritures rendent aussi   témoignage de moi. Mais quand je serai manifesté, ceux-là même qui méditent la Bible et qui sondent les Ecritures nuit et jour, ne me verront pas. Ils ne sauront pas que le Seigneur Jésus-Christ qu’ils cherchent, est entré dans Son temple, afin de révéler le mystère de l’éclair qui se montre en occident, le mystère du Fils de l’homme, le mystère du cadavre, et le mystère de la Divinité de l’homme. Les Juifs, les érudits, les sages, les docteurs de la loi étaient frappés de Son intelligence, mais ils ne savaient pas que c’était Dieu Lui-même qui vint en chair, et qui était assis au milieu d’eux, sous l’apparence d’un enfant de douze ans. Frères, Dieu avait   douze ans ce jour-là, quand Il se manifesta en chair au milieu de Son  peuple. Il est né au milieu d’eux, Il a grandi au milieu d’eux, Il a mangé la même nourriture qu’eux, Il a bu la même eau qu’eux, Il a porté les mêmes vêtements qu’eux. Ils ne pouvaient donc pas s’imaginer que c’était Dieu Lui-même qui était là, dans une chair humaine. Quand l’enfant Jésus est né, des mages étaient venus de l’orient pour L’adorer. Arrivés à Jérusalem sous la conduite d’une mystérieuse étoile, ils dirent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » Vous voyez ! Ils savaient que le Messie était né. Alors que les docteurs de la loi, les scribes, et tous les autres prédicateurs n’en savaient absolument rien. Ils savaient, en sondant les Ecritures que le Christ allait naître. Mais quand Il est né, ils ne le surent pas. Car cela était caché à leurs yeux. Ils connaissaient les Ecritures, mais ne les comprenaient pas. Pour les comprendre, il faut absolument une révélation   venant de Dieu. Ce n’est pas en lisant ni en sondant les Ecritures que les mages ont su que le Christ est né. Ils savaient cela par révélation. Ils ont même vu un signe : L’étoile. Ces mages, en venant pour adorer le Roi qui venait de naître, ont pris des présents : L’or, l’encens et la myrrhe. L’or représente le Divinité, l’encens le service ou l’adoration, et la myrrhe, la mort et l’embaumement. Vous voyez ! Ils avaient la révélation que Dieu manifesté en chair était en service pour mourir. Ces présents étaient consacrés pour le sacerdoce. Dieu a mis à part ces mages pour qu’ils soient les témoins privilégiés de Sa naissance sur terre dans une chair du péché. Le jour de Sa naissance était un jour de Consécration. Le lieu de Sa naissance était aussi un lieu consacré. La crèche dans laquelle Il était couché, était consacrée. L’heure à laquelle Il est né, était une heure consacrée. Les bergers auxquels l’ange du Seigneur était apparu pour annoncer la Bonne nouvelle de la naissance du Messie, étaient choisis par Dieu et mis à part. L’ange lui-même était un ange consacré, mis à part pour cette annonce solennelle. Le lieu où se trouvaient les bergers, et qui avait servi de lieu de réveil ce jour-là, était aussi un lieu consacré. La multitude de l’armée céleste qui louait Dieu cette nuit-là, était consacrée pour le sacerdoce. Leur louange à Dieu était aussi consacrée pour la gloire du Messie. En Dieu, tout est consécration.

LE BAPTEME D’EAU DE JESUS : UNE CONSECRATION

Jésus de Nazareth a été baptisé d’eau par Jean-Baptiste. Ce baptême était une consécration pour le service Divin. Par le baptême, Jean-Baptiste L’a consacré, afin qu’Il puisse exercer le ministère du souverain sacrificateur. Par le toucher et la transmission symbolique des péchés dont il était symboliquement l’incarnation, il L’a symboliquement mis à part, afin qu’Il puisse porter symboliquement les iniquités des hommes. Il L’a aussi baptisé, afin de Le manifester à Israël. Dans le Jourdain, Jean-Baptiste Lui a transmis symboliquement les péchés. Je dis bien symboliquement puisque c’est seulement dans le jardin de Gethsémané que Dieu Lui-même a fait retomber sur Son Fils l’iniquité de nous tous. C’est là-bas qu’Il Lui a donné la coupe du péché à boire. Il a enlevé nos péchés de nous, et les a mis dans cette coupe. Puis Il l’a donnée à Jésus, afin qu’Il la boive. C’est en la buvant qu’Il a pris nos péchés, et qu’Il est devenu péché pour nous. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Cette coupe était une coupe consacrée.

Quand nous vous baptisons d’eau pour la rémission des péchés et pour le baptême du Saint-Esprit, nous vous consacrons pour l’œuvre de Dieu. Le baptême d’eau et de Feu sont des œuvres de consécration pour le sacerdoce. Celui qui baptise d’eau dans la Manne Fraîche, ne transmet pas les péchés en vous touchant, puisqu’il est saint et qu’il n’y a plus de péché en lui. C’est plutôt la sainteté qui est en lui qu’il transmet. Cette transmission n’est pas seulement symbolique, mais aussi réelle. C’est pourquoi celui qui baptise d’eau, doit être saint et irréprochable, et être mandaté par Dieu ou par Dieu manifesté en chair. Que se passe- t-il lorsque nous baptisons un saint qui a déjà le reçu le don du Saint-Esprit ? Nous confirmons son état de sainteté par l’Esprit de sainteté qui est en nous, nous confirmons et nous rendons témoignage     devant Dieu et les hommes de sa position en Christ, nous rendons  témoignage par l’Esprit d’adoption qui agit en nous qu’il est enfant de Dieu. Par le baptême d’eau, nous le manifestons et le présentons à tous comme étant un des nôtres, un fils du Royaume céleste. Par le baptême d’eau, nous l’établissons dans la sacrificature comme sacrificateur, par le Saint-Esprit. Lorsque nous faisons allusion à la rémission de ses      péchés, nous confirmons simplement l’effectivité de cette rémission. C’est ici la Manne Fraîche. Après avoir été consacré par le baptême d’eau, le Fils de l’Homme a subi une autre étape de la consécration : Le baptême du Saint-Esprit. Nous y reviendrons un peu plus tard. Voyons pour l’instant comment Josué a été consacré.

LA CONSECRATION DE JOSUE

Comment Josué a-t-il été consacré ? Par la Parole révélée du    Seigneur que Moïse a reçue pour lui, et par l’imposition de sa main ? En prononçant la Parole prophétique sur lui, et en lui imposant la main,   Moïse l’a rendu participant de sa dignité, et de sa gloire. La dignité de Moïse, c’est la gloire. En imposant la main à Josué, Moïse, que Dieu a fait Dieu, a mis sur lui de sa gloire. Remarquez frères, que l’Esprit de Dieu était déjà en Josué, avant que Moïse ne lui imposât la main. Dieu a pris l’Esprit qui était en Moïse, qu’Il a fait Dieu, et l’a mis en Josué. Ce fut la première consécration de Josué. Il a été consacré pour la seconde fois quand Moïse lui a imposé la main. Frères, Dieu n’a pas mis Son    Esprit en Josué directement. Il a prélevé l’Esprit de Dieu qui était sur Moïse, qu’Il avait fait Dieu, et L’a mis sur lui. Il en est de même en ce temps prophétique de l’aube : Dieu a fait un homme Dieu. Il a mis en lui Son Esprit Saint. Il prend de Son Esprit qui est sur l’homme qu’Il a fait Dieu, et Le met en celui qu’Il agrée. Celui que Dieu a fait Dieu dans Sa volonté souveraine, est compétent, qualifié et habilité à consacrer les   autres pour le sacerdoce. Celui qu’il consacre au Nom du Seigneur        Jésus-Christ peut aussi recevoir un mandat indirect pour la consécration. Tout cela doit être fait conformément à la volonté de Dieu, et par la puissance du Saint-Esprit. En ce temps prophétique de l’aube, un seul homme a le pouvoir de vous consacrer dans la Manne Fraîche pour le sacerdoce. Une fois consacrés, vous pouvez consacrer les autres à votre tour. Mais, faites bien attention de ne rien faire de vous-mêmes.

Après la mort de Moïse, Dieu a parlé à Josué, lui révélant ce qu’il  devait faire : Passer le Jourdain, se fortifier, agir selon la loi de Moïse. Par ces Paroles Divines, Josué a été une fois encore consacré à Dieu. Frères, quand Dieu vous parle, c’est pour votre consécration. Puisqu’Il vous parle toujours, votre existence toute entière est une consécration.

Avant la prise de Jéricho, Josué a vu « le chef de l’armée de       l’Eternel. » Celui-là lui dit : « Ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est saint. » En obéissant à cette Parole divinement révélée, Josué se consacrait encore à son Dieu. Frères, notre obéissance à Dieu est une consécration. Se consacrer, ce n’est donc pas seulement le fait de jeûner. Qui peut consacrer ? L’homme que Dieu a fait Dieu, selon la    volonté souveraine de Dieu. Avant que Dieu ne devienne un homme, un homme est devenu Dieu. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Est-il possible qu’un homme devienne Dieu ? Oui, cela est possible. Non seulement l’homme peut devenir Dieu, mais Dieu aussi peut devenir un     homme. C’est ici le grand mystère de la piété que personne ne peut contredire.

Moïse, qui était prophète, a consacré Josué, qui était aussi prophète. En vérité, en vérité, il était prophète et plus que prophète. Il était donc Dieu, ayant été fait Dieu par Dieu. Ayant été fait Dieu par Dieu pour son âge, il avait le pouvoir de consacrer les prophètes et les sacrificateurs pour Dieu. Il a consacré Josué, afin qu’il ait part à sa dignité, et à sa gloire, mais aussi pour qu’il le remplace un jour. En lui imposant la main, Moïse l’a fait entrer dans son ministère, dans son rayonnement, dans sa dignité, dans sa gloire, dans sa Divinité, dans son Message et dans ses perfections invisibles. En lui imposant la main, il l’a élevé, sur ordre de Dieu, au rang de la Divinité, afin qu’il ait part à sa Divinité, sans être Dieu ; car un seul a été fait Dieu pour cet âge. C’était Moïse.

Moïse, l’homme fait Dieu par Dieu, selon l’Ecriture, avait aussi  reçu le mandat de la part du Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant, de consacrer les sacrificateurs. C’est en effet, ce qui ressort de cette Parole de l’Ecriture, où Dieu dit à Moïse : « Tu en revêtiras (les tuniques)     Aaron, ton frère, et ses fils avec lui. Tu les oindras, tu les consacreras, tu les sanctifieras, et ils seront à mon service dans le                           sacerdoce. » (EX. 28 : 41). Oindre quelqu’un, c’est le mettre à part pour le service Divin dans le sacerdoce. Le mot ‘’consacrer² et le mot ‘’sanctifier² signifient la même chose. Tous ceux que Moïse mettait à part pour le service Divin dans le sacerdoce, étaient purs et séparés du mal, car Dieu est pur et saint. Il a oint, consacré et sanctifié Aaron et ses fils pour Dieu pour qu’ils accomplissent des tâches bien précises et bien définies : Offrir les sacrifices et les parfums à Dieu. Enseigner la loi au peuple. Consulter Dieu pour les hommes. Si Dieu le veut, je vais procéder à la consécration et à la sanctification de quelques frères et sœurs, qui  seront mis à part pour accomplir des œuvres bien précises au Nom du  Seigneur Jésus-Christ. Ils seront mis à part pour exercer les ministères de la Parole et les dons spirituels. Ceux que le Seigneur choisira de Sa seule autorité, et révélera, pourront baptiser avec moi. Des dirigeants seront aussi consacrés à Dieu. Si Dieu le veut, je consacrerai aussi des sœurs qui ont de l’expérience et qui ont fait leurs preuves, afin qu’elles assistent les autres, les exhortent par la Parole à être toujours soumises aux autorités de l’Eglise, à leurs époux, et par-dessus tout à notre bien-aimé Seigneur. Elles ont le droit de leur enseigner la Parole, sans pour autant exercer les ministères de la Parole, qui sont réservés aux hommes. Elles peuvent   organiser et décréter des moments de jeûne collectif, après avoir consulté leurs responsables, qui seront chargés d’aviser frère Christ-Moïse le Fils de l’homme. Elles peuvent prendre l’initiative d’organiser des séminaires de perfectionnement des saints, tout en se soumettant aux règles établies. Qu’il me soit permis de demander aux pasteurs et aux anciens de rappeler ces choses aux sœurs qui seront consacrées comme responsables des  femmes. Ils doivent veiller à ce qu’elles se mettent au travail pour la   cause du Seigneur. Il n’y a pas de temps à perdre, car le jour approche. Les anciens et les prédicateurs qui ont fait leurs preuves seront aussi consacrés.

QUI PEUT CONSACRER ? LES PROPHETES ET LES DOCTEURS

Dans ACTES 13 : 1-4, l’Ecriture parle de l’Eglise d’Antioche où il y avait des prophètes et des docteurs : Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été avec Hérode le tétrarque, et Saul. « Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. Alors, après avoir jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains, et les laissèrent partir. Barnabas et Saul, envoyés par le Saint-Esprit, descendirent à Séleucie, et de là ils s’embarquèrent pour l’île de Chypre. » Ici, trois consécrations se dégagent de cette Parole de l’Ecriture : La première consécration a consisté en la révélation de la Parole de Dieu par le Saint-Esprit, qui dit : Mettez-moi à part Barnabas et Saul. Par cette Parole prophétique, ces deux hommes ont été mis à part par le Seigneur Lui-même. La deuxième consécration a eu lieu lorsque les prophètes et les docteurs ont imposé les mains à ces deux hommes. La troisième consécration s’est faite par le jeûne et la prière. En effet, par le jeûne et la prière, ces hommes de Dieu se sont mis à part pour le service Divin dans le sacerdoce. Qu’il me soit maintenant permis de parler un peu plus d’un homme : Siméon appelé Niger. Le nom ‘’Niger² signifie noir. Par conséquent ce Siméon était noir. Il y avait donc un noir parmi les prophètes et docteurs de l’Eglise de Dieu qui était à Antioche. Dieu, qui n’a pas oublié les noirs, a mis à part un noir, Siméon appelé  Niger, afin qu’il ait part à la dignité des prophètes et des docteurs. Ce noir était parmi ceux qui avaient imposé les mains à ceux que le Saint-Esprit choisit pour une mission particulière. Le même Dieu qui a choisi un noir pour Le servir dans le sacerdoce, choisit toujours des noirs. En ce temps prophétique de l’aube, Il a appelé, choisi et consacré un noir, un noir africain, Dieu, Fils de l’homme et Moïse. Je vous le dis : En vérité, en vérité, Dieu n’a pas oublié l’Afrique. N’a-t-Il pas fait séjourner les enfants      d’Israël en Afrique pendant des centaines d’années ? Lors de la délivrance de Son peuple de la servitude du Pharaon, Dieu est descendu Lui-même dans le pays d’Egypte en la personne de Moïse, qu’Il a fait Dieu. Cet homme, Moïse, n’était pas Dieu Lui-même, mais Dieu Lui-même était en lui, afin d’accomplir une œuvre de rédemption en Afrique. Quand l’enfant Jésus était en danger en Israël à cause du roi Hérode, qui voulait le faire mourir, « un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit : Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte, et restes-y jusqu’à ce qui je te parle ; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire mourir. » Vous voyez ! C’est en Egypte, en Afrique, que la Parole faite chair, Jésus de Nazareth, le Fils unique de Dieu, Dieu devenu homme, a trouvé refuge. Ce Seigneur Jésus-Christ a été élevé à la perfection par la mort qu’Il a soufferte, et est monté au plus haut des cieux, où Il est assis à la droite de la majesté Divine. Peut-Il oublier l’Afrique Sa terre de refuge ? Frères, Il n’a pas oublié l’Afrique, qui est un continent qu’Il a souverainement mis à part pour Son œuvre. En ce temps prophétique de l’aube, Il a choisi et consacré la Côte d’Ivoire pour nous révéler la Manne Fraîche, la Parole prophétique destinée à notre perfection.

Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime.

A bientôt !

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix