Identification



Newsletter

Souscrire

Personnes en ligne

Nous avons 64 invités et 1 membre en ligne

Nombre de Visite

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
1660
Hier :
1950
Semaine :
3610
Mois :
40358
Total :
2597335
Il y a 29 utilisateurs en ligne
-
28 invités
-
1 membre : emyjidu


LE BAPTEME DU SAINT-ESPRIT EST UNE CONSECRATION: CAS DE JSEUS DE NAZARETH PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Frère Christ-Moïse   
Samedi, 07 Mai 2016 16:45

Message prêché le lundi 21 avril 2014, au Tabernacle Le Chandelier d’Or ; Dokui ; Abidjan ; RCI. Matin.


Paroles de frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme, que le Seigneur lui a données pour la perfection des saints.


Bonjour à tous dans le merveilleux Nom de Jésus-Christ notre  Seigneur. La journée d’hier a été particulièrement éprouvante pour nous. Comme vous le savez, frère Pacôme et frère Fulgence étaient à  Lobo-Akoudzin à Adzopé, dans le cadre de l’œuvre de Dieu, depuis le dimanche 13 avril. Hier, frère Israël et frère Roland devaient aller les chercher. Mais pendant le voyage, frère Israël a fait un accident, en  entrant en collision avec un autre véhicule. Informé, j’ai été dans l’obligation de quitter Abidjan pour me rendre sur le lieu de l’accident, à bord de ma vieille Mercédès. A cinq cents mètres du lieu de l’accident, le réservoir où se trouvait l’huile du moteur a pris un coup. Il a été éventré, laissant couler toute l’huile. J’étais accompagné du frère Gédéon et du frère Joël. Arrivés sur le lieu de l’accident, nous avons pu constater les dégâts. La voiture du frère Israël a été sérieusement bousillée, et mise hors d’état de fonctionner. Mais il y avait plus de peur que de mal, car frère Israël était saint et sauf. Pour pouvoir nous sortir de cette situation, nous avons décidé d’aller chercher un mécanicien à Yakassé-Mé, à quelques kilomètres du lieu de l’accident. Mais, au retour, la voiture du frère  Roland aussi a pris un coup. La pompe à essence de sa voiture a été bousillée. Nous voilà maintenant sans voiture, en pleine forêt. Le mécanicien a pu mettre ma voiture en état de rouler. Il a pu aussi faire quelque chose pour permettre à celle du frère Israël aussi de rouler un tant soit peu. Lui et moi, sommes arrivés à Lobo-Akoudzin, laissant derrière nous, frère  Roland, frère Joël et frère Gédéon. Frère Roland voulait essayer de réparer sa voiture. Mais en vain. La nuit les a trouvés là, en pleine forêt. Frère Israël et moi, les avons rejoints, avec frère Pacôme et frère Fulgence à bord. Il faisait nuit. Et nous étions en pleine forêt, sans savoir ce qu’il  fallait faire exactement. J’ai essayé, avec ma vieille Mercédès, de tirer la Mercedes du frère Roland, pour la mettre en lieu sûr dans le village. En vain. Nous avons été dans l’obligation de la laisser sur place, afin de revenir la chercher le lendemain. Tous les frères ont embarqué dans les deux Mercédès.qui restaient. J’étais derrière frère Israël. Et nous roulions à moins de 10 km/h, car la voiture de frère Israël se déplaçait à peine. Par la grâce de Dieu, nous sommes arrivés au goudron. Et la voiture de frère Israël a eu plus de force. Nous sommes arrivés à Abidjan à 22h, sains et saufs. Nous avons été très heureux de voir nos familles et nos frères et sœurs, qui nous attendaient. Je voudrais ici, et maintenant remercier le Seigneur qui a permis toutes ces choses, et qui nous a protégés. Qu’il me soit aussi permis de vous remercier pour vos prières. Nous étions en péril, mais Jésus-Christ le Seigneur a été notre protection. Je venais de comprendre une fois encore que notre vie est sans cesse en danger à cause de la Parole du Seigneur que nous voulons faire connaître aux hommes de ce monde. Mais aucun danger ne peut nous empêcher d’aller là où le Seigneur nous enverra pour annoncer Sa Parole pour la perfection des saints. Je sais que ceux qui sont contre moi à cause de la Manne Fraîche que je prêche méditent le mal contre moi, et prient sincèrement que quelque chose de grave m’arrive, afin qu’ils se glorifient, et disent que cette Parole prophétique est du diable. Frères, si quelque chose m’arrive, ce sera la volonté de Dieu, et non celle d’un homme. Si je dois mourir à  cause de la Manne Fraîche, je suis prêt. Car ma mort sera une consécration à mon Seigneur. Si je dois me glorifier, c’est de ma mort, afin de  rendre grâces à Dieu qui tient ma destinée prophétique dans le creux de Sa main. Que Son Nom soit béni à jamais !

Ce matin, je voudrais parler d’un autre volet de la consécration du Seigneur Jésus de Nazareth : Le baptême du Saint-Esprit. Après Son baptême d’eau par Jean-Baptiste, Dieu le Père L’a baptisé du Saint-Esprit. Ce baptême  spirituel, surnaturel et Divin, était une consécration pour Lui. Savez-vous pourquoi Il a été baptisé d’eau ? C’étaient pour deux choses essentielles. Dans ce baptême, il faut distinguer deux choses d’une importance capitale :

- Le toucher de Jean-Baptiste

- Le baptême d’eau lui-même par Jean-Baptiste.

Par le toucher, Jean-Baptiste lui a transmis le péché du monde, symboliquement. Ce jour-là, le Fils de l’Homme, Jésus de Nazareth, n’a pris aucun péché dans Sa chair du péché. Cette transmission du péché était purement symbolique. Quand  a-t-Il donc pris le péché réellement ? Il a pris le péché du monde, réellement  quand Il a bu la coupe dans le jardin de Gethsémané. Cette coupe était la coupe du péché. Quand Il l’a bue, non seulement Il a pris le péché, mais Dieu L’a fait devenir péché pour nous. En prenant la coupe et en la buvant, Il se consacrait, Il se mettait à part pour accomplir la volonté de Son Père. En prenant nos péchés, et en devenant péché pour nous, Il se consacrait également, se mettant à part pour l’œuvre de la croix qui devait passer par Sa mort et Sa résurrection.

Par le baptême d’eau lui-même, Il s’est aussi consacré à Dieu, se mettant à part pour l’œuvre de la sacrificature, en tant que souverain    sacrificateur. En vérité, en vérité, Il n’a commencé ce ministère de souverain sacrificateur, qu’après Sa mort, Sa résurrection et Son élévation où Il est assis à la droite de la majesté Divine dans les lieux très élevés. Où précisément ce ministère a-t-il commencé ? Dans le lieu très saint où Il est entré avec Son propre sang pour l’abolition totale et définitive du péché, pour la rémission éternelle et l’obtention de la rédemption éternelle. Dans l’Eglise du Dieu vivant, aucun homme ne peut exercer le ministère de souverain sacrificateur. Sous la loi de Moïse, Aaron, le prophète de    Moïse, l’a exercé, selon l’ordre lévitique. Mais cet ordre n’étant pas parfait, n’a rien amené à la perfection parce qu’il était basé sur le sang des animaux. Il a donc plu à Dieu de remplacer ce sacerdoce lévitique selon  l’ordre d’Aaron, par un autre sacerdoce plus excellent et plus puissant : Le sacerdoce selon l’ordre de Melchisédek. Qui est ce Melchisédek ? Ce n’est pas un homme de la même nature que nous. Car, il n’a ni commencement de jours, ni fin de vie. Qui est-ce donc ? C’est  Dieu Lui-même. Et Il est souverain sacrificateur exerçant le saint sacerdoce dans l’absolue sainteté et dans la perfection sans faille. Selon l’Ecriture, c’était à Lui qu’Abraham donna la dîme de ses biens.  Beaucoup de chrétiens, pour justifier le fait qu’ils payent la dîme, affirment qu’ils la payent selon la foi d’Abraham. Ils veulent se cacher derrière cet argument de paille pour se justifier. De toutes les manières, ils sont grandement dans l’erreur. Car  dans l’Eglise du Dieu vivant, il n’y a qu’un seul souverain sacrificateur. C’est le Seigneur Jésus-Christ. Et personne ne peut Lui donner la dîme, parce qu’Il est non seulement invisible, mais aussi parce qu’Il n’exerce pas ce ministère sur la terre, mais dans le lieu très saint, qui est dans les cieux. En outre Son ministère de souverain sacrificateur n’est pas transmissible. En termes plus clairs Il n’appelle personne à exercer ce          ministère, qui Lui est exclusivement réservé. Même l’apôtre Pierre, qui avait les clés du Royaume des cieux, n’était pas souverain sacrificateur. L’apôtre Paul, qui a posé le fondement avec la grâce que Dieu lui a faite, n’avait pas non plus exercé ce ministère de souverain sacrificateur, qui est réservé uniquement au Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Même le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube, n’a pas le pouvoir d’exercer ce ministère. Quand dans une Eglise, les fidèles, qui sont sacrificateurs, selon la Parole de l’Ecriture, dans APOCALYPSE 5 : 10, payent la dîme à leur pasteur, ils font de lui un souverain sacrificateur. Car, selon l’Ecriture, ce sont les sacrificateurs qui donnent leur dîme au souverain sacrificateur. Frères, ce ne sont cependant pas eux qui font de lui un souverain sacrificateur, mais c’est lui-même qui s’est auto-proclamé souverain sacrificateur, à cause de son ventre. On me dira peut-être ceci : Frère Branham dit que tout bon chrétien doit payer sa dîme. Frères, peu importe ce qu’il dit, car il n’est pas notre prophète. En outre, il est en flagrante contradiction avec l’Ecriture. Il est donc dans l’erreur. Car tout bon chrétien ne doit pas payer la dîme. C’est ici la Manne Fraîche. Le ridicule dans cette affaire, c’est que les chrétiens payent leur dîme en argent, alors que selon l’Ecriture, elle ne doit pas être payée en argent, mais en nature. Seuls ceux qui sont spirituellement aveuglés par le diable payent leur   dîme en argent. Que chacun lise et relise DEUTERONOME 14 : 24-25, afin de comprendre que la dîme ne se donne jamais en espèces, en argent, mais en nature. Pourquoi donc tous ces chrétiens payent-ils la dîme en argent ? Parce qu’ils sont aveuglés pas l’esprit des faux prophètes et des faux christs qui agit présentement dans le monde. Selon  DEUTERONOME 14 : 22-23, celui qui lève la dîme doit aussi la     manger. Pouvez-vous me dire le nombre de chrétiens qui mangent leur  soi – disant dîme ? Ils ne font que donner la dîme, sans jamais la manger. Il y a la dîme de la troisième année, selon DEUTERONOME 14 : 28 : « Au bout de trois ans, tu sortiras toute la dîme de tes produits pendant la troisième année, et tu la déposeras devant tes portes. Alors viendront le Lévite qui n’a ni part ni héritage avec toi, l’étranger, l’orphelin et la veuve, qui seront dans tes portes, et ils mangeront et se rassasieront afin que l’Eternel ton Dieu te bénisse dans tous tes travaux que tu entreprendras dans tes mains. »D’après cette Parole de l’Ecriture, le Lévite, l’orphelin et la veuve doivent aussi manger la dîme de la troisième année. Connaissez-vous un chrétien qui pratique la loi sur la dîme de la troisième année ? Moi, je n’en connais pas. Ce que vous devez retenir, selon       l’Ecriture, c’est que le ministère de souverain sacrificateur n’est point transmissible. Ce ministère uniquement réservé à l’unique Fils de   l’Homme, Jésus-Christ l’Agneau immolé a commencé dans le lieu très saint.

Jean-Baptiste n’a donc pas baptisé Jésus pour la repentance, car Il n’avait péché, ni rien à se reprocher. Il était l’Agneau sans tache, ni ride, ni rien de semblable, lors de son baptême d’eau, qui était une consécration pour Lui. Après avoir été baptisé d’eau, les cieux se sont ouverts. Et l’Esprit de Dieu est descendu sur Lui, sous la forme d’une colombe. « Et voici, une voix fit entendre ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection. » Ce jour-là, la consécration de Jésus a atteint son point culminant par la descente du Saint-Esprit sur Lui. Il en est ainsi de notre consécration. Il a atteint son point culminant par le  baptême du Saint-Esprit et de Feu. Dieu a rempli Son Fils unique Jésus de Nazareth du Saint-Esprit, après avoir été baptisé d’eau. Oui Monsieur. Après cette expérience surnaturelle, Il a été aussi revêtu de la puissance du Saint-Esprit. Le baptême du Saint-Esprit est absolument nécessaire pour chacun de nous, car au travers de lui, nous recevons le revêtement de la puissance d’En-Haut et du Feu Divin. Dans ACTES 1 : 8, le Seigneur dit à Ses disciples : « Vous recevrez de la puissance du Saint-Esprit    venant sur vous. » Il parle ici du revêtement de la puissance d’En-Haut, tel qu’Il l’a promis dans LUC 24 : 48, en disant : « Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’En-Haut. » Je crois que le baptême du Saint-Esprit et de Feu et le revêtement de la puissance d’En-Haut sont une seule et même chose. C’est un acte initiatique majeur dans la consécration. Il ne peut pas se perdre. C’est un sceau Divin. Et celui qui est baptisé du Saint-Esprit est scellé pour toujours. Rien ne peut briser ce sceau Divin. Rien. Ni le péché, ni le diable. Rien. Absolument rien. Nous sommes scellés par le Saint-Esprit pour le jour de la rédemption dit l’apôtre Paul, dans EPHESIENS 4 : 30. En effet, il dit : « N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. » Et la Manne Fraîche, ajoute, pas seulement pour le jour de la rédemption, mais aussi pour l’éternité. Lors de la nouvelle naissance, après avoir été entièrement purifié de tout péché par le Sang de la rédemption de Jésus, nous recevons en nous la Parole de Dieu et l’Esprit de Dieu. Commence alors notre nouvelle vie avec Christ notre Seigneur et Sauveur. Dans la quête permanente de la sanctification et de la perfection en obéissant à Dieu, nous parvenons au baptême du Saint-Esprit, qui est l’étape la plus importante de la consécration. Cela nous donne droit à la plénitude du Saint-Esprit. Si nous avons encore plus soif et faim de sanctification, d’excellence et perfection en Christ, et que nous avançons toujours en eau profonde avec l’Esprit de vérité nous conduisant dans toute la vérité, et l’Esprit de sanctification nous sanctifiant toujours d’avantage, nous recevons toute la plénitude de la Divinité. C’est ici la manne Fraîche : Toute la plénitude de la Divinité peut habiter aussi en nous, corporellement. Elle a habité en Jésus-Christ de Nazareth corporellement. Mais elle peut aussi habiter en nous aussi corporellement. C’est la plénitude du Saint – Esprit agissant en nous, qui nous conduit dans toute la plénitude de la Divinité. Dans EPHESIENS 3 : 14-19,  l’apôtre Paul parle de ce mystère du Royaume des cieux. Il dit en substance qu’il fléchit les genoux devant le Père, afin qu’Il nous donne selon la richesse de Sa gloire, d’être puissamment fortifiés par le  Saint-Esprit, et que nous puissions comprendre quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et l’amour de Christ qui surpasse toute connaissance, en sorte que nous soyons remplis jusqu’à toute la   plénitude de Dieu. Vous voyez ! Nous pouvons donc être remplis de la puissance d’En-Haut jusqu’à toute la plénitude de Dieu. Dans  COLOSSIENS 2 : 9, il dit : «…En lui habite corporellement toute   la plénitude de la Divinité. » En qui ? En Christ. Ô, quelle plume prophétique ! Comme vous pouvez le constater, en Jésus-Christ de Nazareth a habité toute la plénitude de la Divinité, car le Dieu Tout-puissant et  Tout-suffisant s’est manifesté corporellement en Lui. Il était donc le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant venu en chair sur la terre. Toute la plénitude de Dieu s’est révélée dans la chair de Jésus-Christ homme. Toute la plénitude de la Parole a été faite chair. Son Nom, c’est Jésus-Christ de Nazareth. Qui osera donc dire qu’Il n’est pas Dieu ? Où est le raisonneur de ce siècle ? Où est le théologien ? Où est le philosophe ? Où est le scientifique ? Où est le sage de ce monde ? Pour les hommes, il est impossible que Dieu devienne un homme. Il est impossible que Jésus-Christ, un homme né d’une femme soit Dieu. C’est une folie pour eux. Mais pour nous qui croyons en ces choses jugées folles par les sages, c’est une puissance et une gloire de Dieu. Je crois de tout mon cœur que mon Sauveur est Dieu, bien plus, Il est Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. Il nous a donné la plénitude de Sa Divinité, mais Il veut nous en donner toute la plénitude. Tendons donc vers toute la plénitude de Dieu, car c’est une promesse pour nous. Dans LUC 3 : 16, Jean-Baptiste, parlant de Jésus, dit : « Moi, je vous baptise d’eau ; mais il vient, celui qui est plus grand que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de Feu. » Frères, vous voyez ! C’est le Seigneur Jésus-Christ qui baptise du Saint-Esprit et de Feu. S’Il n’est pas Dieu, peut-il faire cela ? Aucun homme ne peut baptiser du Saint-Esprit et de Feu, si ce n’est Dieu. Par ce baptême spirituel et  surnaturel, Dieu nous consacre, en nous mettant à part pour Son œuvre et pour nous révéler comme étant Ses Fils bien-aimés. Ce sont ces Fils-là qui seront révélés un jour lors de la rédemption. Depuis la création du monde jusqu’à nos jours, les Fils de Dieu sont révélés sur la terre. Mais dans ROMAINS 8 : 19, l’apôtre Paul dit que la création attend avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. De quels fils de Dieu s’agit-il dans ce contexte ? Il s’agit essentiellement de ceux qui sont nés de nouveau et qui ont reçu le baptême du Saint-Esprit au travers des âges de l’Eglise. A la dernière trompette, ils ressusciteront les premiers. Et ils  seront changés en des êtres glorieux et lumineux. Ils passeront de la mort à l’immortalité, et de la corruption à l’incorruptibilité. Ceux qui sont en Christ, et en qui Christ est, qui sont aussi des Fils de Dieu, mais qui ne sont pas morts,   seront aussi changés, afin d’avoir part à l’enlèvement de l’Epouse de   l’Agneau. Cette Epouse est essentiellement composée de fils de Dieu. Il n’y a aucun enfant de Dieu parmi eux. Ces fils de Dieu qui seront révélés le jour de la rédemption constituent le mystère du fils mâle dont parle  l’Ecriture dans APOCALYPSE 12 : 5. Ce fils mâle que la femme va enfanter, ce n’est pas Jésus de Nazareth. C’est un mystère du Royaume des cieux en rapport avec l’Epouse qui sera enlevée lorsque  l’Epoux viendra. La révélation des fils de Dieu que la création attend avec un ardent désir, c’est la révélation de l’Epouse de l’Agneau ; c’est le mystère du fils mâle. Lors de la résurrection, de la première résurrection, ces fils de Dieu seront manifestés. Pourquoi la création attend-elle ardemment la révélation de ces fils de Dieu ? C’est parce qu’elle souffre et veut être délivrée de la corruption, afin d’avoir part à la liberté des enfants de Dieu. Mais elle ne sera pas délivrée le jour de la première résurrection, car elle doit encore souffrir. Après la première résurrection, ses douleurs de l’enfantement seront plus grandes, jusqu’à ce qu’elle enfante une nouvelle création, un nouveau monde, de nouveaux cieux et une nouvelle terre où règneront la paix, la joie, la justice, l’amour, la vérité, la sainteté, la pureté, la perfection et l’excellence. C’est sur cette nouvelle terre que le règne millénaire du Fils de David, le Schilo, celui à qui appartient le  sceptre, le bâton  souverain, s’établira. Ce jour-là, Il s’assiéra sur le trône de David Son  Père, étant devenu Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Après ce ministère de Fils de David, Il n’exercera plus de ministère de Fils, mais uniquement celui de Père éternel. Pendant ce règne millénaire le péché ne battra pas son plein. Le diable sera enchaîné. Ô, quel beau jour ce sera ! Ayant de telles promesses, qu’elle ne devra pas être notre attitude vis-à-vis du Seigneur ?

Qui baptise du Saint-Esprit et de Feu ? C’est le Seigneur  Jésus-Christ, dit le prophète, qui est plus que prophète, Jean-Baptiste. Mais, qui a donc baptisé Jésus-Christ de Nazareth du    Saint-Esprit et de Feu ? C’est Jésus-Christ le Dieu Tout-puissant. Le Dieu Tout-puissant, Jésus-Christ, a baptisé du Saint-Esprit et de Feu, le Dieu puissant  Jésus-Christ homme. C’est ici la Manne Fraîche. Quand le Dieu  Tout-puissant et Tout-suffisant est devenu un simple homme en  Jésus-Christ de Nazareth, sur la terre, Il était resté, dans les cieux, le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant. Ô, mystère des mystères ! Quand le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant s’est transformé Lui-même pour devenir un simple homme sur la terre, Il était resté toujours le même dans les cieux. Dans les cieux, Il était toujours le Dieu Tout-puissant quand Il devint Dieu puissant en Jésus-Christ homme. Dans les cieux, Il était le Père. Mais sur la terre, Il était le Fils du Père, tout en restant le Père dans les cieux. Avez-vous du collyre pour oindre vos yeux, afin que vous compreniez les Ecritures et la puissance de Dieu ? Si oui, oignez vos yeux maintenant. Le Père et le Fils sont un, bien que le Père soit plus grand que le Fils. Le Père s’est caché dans le Fils dont le corps humain était un voile. Pourquoi s’est-il ainsi caché ? C’était parce qu’Il ne voulait pas que tout le monde sache qui Il était. C’est parce qu’Il ne voulait pas sauver tous les hommes. Il voulait seulement sauver ceux qui allaient savoir qui Il était, et où Il était, et en qui Il était, et qui était celui en qui Il était. Frères, Dieu se cache toujours aux yeux des hommes. Dans ESAIE 45 : 15, l’Ecriture dit que Dieu est un Dieu qui se cache. Quand quelqu’un éprouve le besoin de se cacher, c’est qu’Il ne veut pas qu’on sache là où Il est, ni ce qu’Il fait, ni ce qu’Il est. S’Il décide un jour de se faire connaître, Il se dévoile, Il se révèle. Dieu est un Dieu qui se cache. Qu’en est-il de Sa Parole ?  Elle aussi se cache. Dans AMOS 8 : 11, voici ce que dit l’Ecriture : « Voici, des jours viennent, dit le Seigneur, l’Eternel, où j’enverrai dans le pays ; non une famine de pain, ni une soif d’eau, mais d’entendre les paroles de l’Eternel. Et ils erreront d’une mer à l’autre, et du nord au levant ; ils courront çà et là pour chercher la parole de l’Eternel, et ils ne la trouveront pas. » Ne sommes-nous pas dans ce jour où on ne trouve pas la Parole de Dieu ? Si. Dans ces derniers temps, on ne trouve pas la Parole de Dieu. On la cherche, mais on ne la trouve pas. Pourquoi ?      Est-ce parce qu’Elle n’existe pas, ou parce qu’Elle n’est pas là ? Non. Elle existe bel et bien. Et Elle est là sur la terre. Pourquoi donc ne la trouve-t-on pas ? C’est parce qu’Elle est cachée aux yeux de ceux qui la cherchent. Qu’en est-il de la Bible ? On la trouve partout sur le marché. Même ceux qui ne croient pas en Dieu La trouve. On trouve la Bible partout. Vous voyez ! Dans la prophétie d’Amos, l’Ecriture dit que les hommes iront ici et là, à la recherche, non de la Bible, mais de la Parole de Dieu. Et Elle dit qu’ils ne La trouveront pas. Ces gens ont la Bible, qui se vend partout. Mais Dieu ne parle pas de la Bible, mais de Sa Parole. Comprenez-vous pourquoi la Manne Fraîche dit que la Bible n’est pas la Parole de Dieu ? Frères, les gens vont partout, à Lourdes, à Rome, à la Mecque, au         Vatican, à Jeffersonville aux Etats Unis d’Amérique, à Jérusalem, errant ici et là, parce qu’ils cherchent la Parole de Dieu. Beaucoup jeûnent et prient parce qu’ils veulent entendre la Parole de Dieu. Mais ils ne La  trouvent pas. C’est Dieu Lui-même qui dit qu’ils ne La trouveront pas. Ô, comme c’est pathétique ! Si les hommes ne peuvent pas trouver la Parole de Dieu, est-ce Dieu qu’ils peuvent trouver ? A Jérusalem, du temps du roi Hérode, les scribes et les docteurs de la loi avaient la Torah, leur     Bible. Ils La méditaient et enseignaient le peuple. Mais ils n’avaient pas la Parole de Dieu. La preuve, c’est quand cette Parole a été faite chair, et qu’Elle est venue au monde par une naissance physique, ils ne le savaient même pas. La Parole était sur la terre, mais ils ne le savaient même pas. Qu’est-ce qu’ils prêchaient donc au peuple ? Tout sauf la Parole de Dieu. Le jour même où l’ange Gabriel a visité la vierge marie dans le but de lui annoncer la naissance du Messie, les juifs avaient leur Bible. Quand cette femme d’élite était tombée enceinte, elle était devenue la risée publique. On l’accusait d’avoir commis le péché sexuel. Même joseph son fiancé voulait se séparer d’elle, parce qu’ils pensaient qu'elle l’avait trompé, en couchant avec un autre homme. En bon juif, je crois qu’il se rendait aussi à la synagogue pour écouter les prédicateurs. Pendant que ces soi-disant hommes de Dieu prêchaient ce qu’ils appelaient la Parole de Dieu, la   Parole de Dieu n’était même pas sur la terre. Qu’est-ce qu’ils prêchaient donc ? Frères, de Malachie à Jean-Baptiste, Dieu n’a envoyé aucun prophète en Israël. Et cela a duré, si j’ai bonne mémoire quatre cents ans. Pendant ces quatre cents ans, les prédicateurs juifs prêchaient en s’appuyant sur les Ecritures, alors que la Parole de Dieu n’était même pas là. Au temps marqué, Dieu a envoyé Sa Parole, après quatre cents ans.     C’était Jean-Baptiste. Jésus dit qu’il était prophète, et plus que prophète, dans MATTHIEU 11 : 9. S’il était prophète, et plus que prophète, qui était-il donc exactement ? Il était Dieu. Dieu l’a fait Dieu. Il était Dieu. Selon JEAN 1 : 1, la parole était Dieu. Jean-Baptiste était donc la parole de Dieu rendue visible en ce temps-là, afin de préparer le chemin à la plénitude de la Parole faite chair. Dans tout Israël, combien d’hommes étaient prophètes, et plus que prophètes ? C’était Jean-Baptiste Seul. Dans tout Israël, qui avait la vérité de Dieu, la Parole de Dieu ? C’était  Jean-Baptiste seul. Et les autres, les Pharisiens, les sadducéens, les     Scribes et les docteurs de la loi ? Ils n’avaient pas la vérité. Ils prêchaient, mais ils n’avaient ni la vérité, ni la Parole. Parce que Dieu avait caché Sa Parole. Où était-Elle cachée ? En qui était-Elle cachée devrais-je dire ? Dans un homme, Jean-Baptiste. Lui seul connaissait la Parole du      Seigneur. Lui seul prêchait la Parole du Seigneur. Et lui seul était la     Parole faite chair pour son temps, parce qu’il était prophète, et plus que prophète. Avant que le Christ ne vînt sur la scène prophétique, et avant qu’il ne Le présentât à Israël, il avait fait des disciples, qui étaient ses   reflets. Ceux-là aussi avaient la Parole de Dieu, la vérité de Dieu. Qu’en est-il aujourd’hui ? Ces milliers et ces milliers de chrétiens disent qu’ils ont la Parole de Dieu, parce qu’ils ont la Bible. Ils sont dans l’erreur parce que la Bible n’est pas la Parole de Dieu. Elle contient la Parole de Dieu, mais Elle n’est pas la Parole de Dieu. On trouve la Bible partout, alors que Dieu dit qu’on ne trouvera pas sa Parole. La question qu’on pourrait se poser est de savoir où est la Parole de Dieu aujourd’hui, dans ces derniers temps ? Elle est là où s’assemblent les aigles. Elle est cachée dans l’incarnation du cadavre de MATTHIEU 24 : 28. On ne peut pas la   trouver parce qu’Elle est cachée dans un homme que Dieu a fait Dieu. Elle ne se révèle qu’aux fils de Dieu que le Seigneur a d’avance choisis dans ce temps prophétique de l’aube. Je crois que la prophétie d’Amos se rapporte aux derniers temps dans lesquels nous vivons. Le Seigneur a  aussi parlé de ces temps dans MATTHIEU 24. Examinons cela de plus près :

LIEN PROPHETIQUE ENTRE AMOS 8 : 11 ET   MATTHIEU 24 : 23-28

Au moment où je m’apprêtais à établir un lien prophétique entre la Parole de l’Ecriture mentionnée dans AMOS 8 : 11 et celle écrite dans MATTHIEU 24 : 23-28, je viens de recevoir un coup de fil en  provenance de Lobo-Akoudzin de la part de frère Israël, qui est parti avec les autres frères, Roland, Gédéon et Joël, pour le dépannage de la voiture que nous avons été obligés d’abandonner dans la forêt. Il m’a appris que cette voiture venait de prendre feu. Et elle a été entièrement consumée. Par la grâce de Dieu, il n’y a eu ni blessé, ni perte en vie humaine. Comment expliquer tout ce drame dont nous sommes victimes ? Il y a quelques   semaines de cela, un pneu de la même voiture qui vient d’être consumée par le feu, a brûlé pendant que frère Roland et d’autres frères partaient en mission à Lobo-Akoudzin. Comme vous pouvez le constater, notre vie est en danger partout où nous allons annoncer cette Bonne Nouvelle du Royaume des cieux, la Manne Fraîche. Le vendredi dernier, le 18 avril, frère Noël, qui se rendait à la mini-veillée au Tabernacle, a aussi fait un accident. Par la grâce de Dieu, il n’a rien eu. Que de drames ces        temps-ci ! Nous sommes en péril partout. Nous sommes en danger de mort là où la Manne Fraîche est annoncée. Et nous serons toujours en  péril pendant les voyages missionnaires, en péril à cause des faux frères qui se sont glissés parmi nous, et qui cherchent à nous nuire par leurs faux témoignages en portant atteinte à notre image, en péril à cause de ceux qui s’opposent ouvertement à la manne Fraîche, en péril à cause du diable et de ses suppôts, en péril à cause des accidents. Nous sommes en danger partout. Mais pour tout cela, nous remettons notre sort au Seigneur       Jésus-Christ, car Il est assez puissant pour nous garder de tout mal. Maintenant même s’Il laisse le malheur toucher à notre vie, nous L’aimerons et Le servirons toujours. Par nos douleurs, nos souffrances, nos épreuves, nous nous consacrons à Lui. Même dans la mort et par la mort, nous Lui appartenons et nous nous consacrons à Lui. Y-a-t-il quelque chose dans les cieux, sur la terre, et sous la terre, qui pourra nous séparer de l’Amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Sauveur ? Frères, nous parlons du mystère de la consécration à Dieu.

Qu’il me soit permis de revenir sur le lien prophétique dont j’ai  parlé. Avez-vous remarqué que dans les derniers temps dont parle        l’Ecriture dans MATTHIEU 24, les gens chercheront Le Christ, qui est la Parole ? Alors on leur dira : Voici, il est dans le désert ; ou Il est dans les       chambres. Mais le Seigneur dit : Ne le croyez pas. Vous voyez ! Il ne sera ni dans le désert, ni dans les chambres, dans les derniers temps. Où sera-t-Il donc ? Frères, comme vous pouvez le constater, la Parole de Dieu sera quelque part, cachée aux yeux des hommes. Ils La chercheront, mais ils ne La trouveront pas. Même ceux qui feront de grands prodiges en invoquant le Nom du Seigneur, ne sauront pas où sera Le Christ, qui est la  Parole de Dieu. C’est pourquoi d’ailleurs ils diront, tantôt qu’Il sera ici, tantôt qu’Il sera là. Ecoutons ce que le Seigneur Lui-même dit, dans MATTHIEU 24 : 23 : « Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas. » Vous voyez ! Les faux prophètes et les faux christs feront de grands prodiges par le Nom de Jésus, mais ils ne pourront pas dire exactement où est Le Christ, où trouver Le Christ, où trouver la Parole de Dieu. Ces gens n’auront pas la Parole de Dieu, mais ils pourront faire de grands miracles au Nom de Jésus-Christ. Dans AMOS 8 : 11, l’Ecriture dit que les gens chercheront la Parole de Dieu, mais ne La trouveront pas. C’est exactement ce qui se passe dans ces   derniers jours où on cherche la Parole de Dieu partout, sans pouvoir la trouver. Pourquoi ? Parce qu’Elle est cachée quelque part, loin des bruits des grands prodiges accomplis par les faux prophètes et les faux christs. Mais où se trouve Le Christ ? Où trouver la Parole de Dieu en ces        derniers temps ? Le Seigneur Jésus-Christ usant de Son droit à la souveraineté, nous montre où on peut Le trouver, et où on peut trouver la Parole de Dieu. Après avoir dit de ne pas croire si on nous dit qu’Il est dans le désert ou dans les chambres, affirme que « comme l’éclair part de       l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. » Où sera donc le Fils de l’Homme, Jésus-Christ le Dieu  vivant, le Véritable, le Tout-puissant et le Tout-suffisant ? En occident.  Car comme le dit Jésus-Christ homme, l’éclair part de l’orient et se montre en occident. Nous savons tous que l’éclair est déjà sorti de l’orient. C’était Jésus-Christ de Nazareth, le Fils de l’Homme. Maintenant l’éclair se montre en occident, révélant le même Fils de l’Homme. Le mystère, c’est qu’en occident, le Fils de l’Homme par essence et par excellence, sera voilé dans un corps, pour se rendre invisible aux hommes dans leur plus grande majorité, et pour se rendre visible à la minorité écrasante. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Ne sommes-nous pas en occident, ici en Côte d’Ivoire, aussi bien sur le plan géographique que prophétique ? Très bien. Nous sommes en occident. Mais où est le Christ en occident. Voici où Il est : En quelque lieu que soit que le cadavre, là s’assembleront les aigles. Où est-Il donc ? Il est là où est le cadavre. Et plus précisément dans le cadavre. Qui est ce cadavre ? C’est le Fils de l’homme que le Seigneur Jésus-Christ nous a envoyé du ciel, avec la Parole prophétique de notre temps : La Manne Fraîche. Bien avant la crise militaro-politique de 2002, j’étais encore à Bouaké. Pendant que je priais, j’entendis une voix venant du ciel, me disant : Fils de l’homme, lis    LUC 4 : 18. Cette voix m’a appelé du nom de Fils de l’homme. Elle m’a fait Fils de l’homme. Or, en occident doit paraître un Fils de l’homme. Je suis donc le Fils de l’homme qui a paru en occident. En moi, se trouve Le Christ que vous cherchez. Le Seigneur Jésus-Christ que vous cherchez est entré dans Son temple, afin d’accomplir une œuvre particulière : Perfectionner les saints. La Parole de Dieu que vous cherchez est cachée dans ce Fils de l’homme. C’est pourquoi c’est lui qu’il faut voir, et c’est en lui qu’il faut croire pour avoir la plénitude de la vie éternelle, conformément à la Parole de l’Ecriture écrite dans JEAN 6 : 40. Selon cette Parole de l’Ecriture, pour avoir la vie éternelle, il faut voir le Fils de l’Homme et croire en Lui. Il s’agit bien sûr de voir Jésus-Christ. Mais comment cela peut-il se faire, puisqu’Il est désormais invisible ? Jésus-Christ l’unique Fils de l’Homme, l’Invisible, a emprunté mon corps, après l’avoir lavé de tout péché, pour en faire Son temple. Etant devenu Son temple, celui qui me voit, Le voit ; celui qui m’écoute, L’écoute ; celui qui me reçoit, Le reçoit ; celui qui croit en moi, croit en Lui. Et il aura la plénitude de la vie éternelle. Toujours à Bouaké, Dieu m’a dit : Je te fais Dieu pour ce     peuple. C’était le 31 décembre 2000. Cette prophétie a rendu vivante pour moi, la Parole de l’Ecriture qui dit : « Vois, je te fais Dieu pour           Pharaon. » Frères, ce jour – là, cette Ecriture s’était accomplie en moi. Je sais que des gens s’élèvent pour se proclamer Dieu. Mais moi, je ne me suis jamais proclamé Dieu depuis ma conversion jusqu’à  ce jour. C’est Dieu qui m’a fait Dieu, devant toute l’Eglise. Il y a encore beaucoup de témoins parmi nous. Qui est Dieu ? Il est la Parole, selon JEAN 1 : 1. Or, Dieu dit que les jours viennent où les gens chercheront Sa Parole, et ils ne la trouveront pas. Je comprends pourquoi tous ces chrétiens ne peuvent pas trouver la Parole. Savez-vous pourquoi ? Parce que ce qu’ils        cherchent n’est pas un livre, mais un homme. Si Dieu m’a fait Dieu, et que la Parole est Dieu, qui suis-je donc ? Ne suis-je pas la Parole pour ce temps prophétique de l’aube ? Beaucoup me voient, mais ne savent pas qui je suis, parce qu’ils ne savent pas ce que Dieu a fait de moi. Ce qu’il a fait de moi est caché à leurs yeux. Or, ce qu’Il a fait de moi, c’est ce que les gens cherchent. Qu’a-t-il fait de moi ? Il m’a fait Dieu. Il m’a fait   Parole, Parole de Dieu. Si quelqu’un ne sait pas ce que je suis, ce que Dieu a fait de moi, pour ce temps prophétique de l’aube, comment peut-il dire : Je suis sauvé, et j’ai la vie éternelle ? Même au milieu de vous, plusieurs savent ce que Dieu a fait de moi. Ils parlent avec moi ; je parle avec eux. Ils mangent avec moi ; je mange avec eux. Mais ils n’ont pas la révélation de ce que Dieu a fait de moi. Le 31 décembre 2000, lorsque Dieu, à deux reprises, s’est adressé à moi, au travers de deux personnes            différentes, en disant : Je te fais Dieu pour ce peuple, il y avait Théodore et sa femme, Golly Paul, David et sa femme, Marc et sa femme, Néville. Mais où sont-ils aujourd’hui ? Vous voyez ! Ils me connaissent, mais ne me connaissent pas. Le jour où Jésus dit à Ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi le Fils de l’Homme, Judas aussi était là. Me suivez-vous ? Il était là quand Pierre dit à Jésus : Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant. Judas aussi savait que Jésus qu’il suivait était le Christ, le Fils du Dieu vivant. Il connaissait donc le Christ sans Le connaître vraiment. C’est  ainsi que les gens me connaissent, sans me connaître vraiment. Même le jour où tout le monde a abandonné Jésus, parce qu’Il avait dit de manger Sa chair et de boire Son sang, Judas aussi était là. Et chose bizarre, il n’avait pas abandonné Jésus. Il était resté avec les onze. Cette révélation n’a pas eu sur lui, l’effet qu’elle a produit sur ceux qui ont quitté le Fils de l’Homme. Ce Judas a suivi le Seigneur jusqu’au jour de la sainte cène, alors qu’il était un démon, un fils de perdition. Et à la fin, il a montré ses vraies couleurs en trahissant Jésus, et Le livrant aux Juifs. Ce Judas a  prêché l’avènement du Royaume des cieux, il a prêché Jésus, et a fait des miracles en Son Nom, pourtant il devait un jour Le quitter, Le trahir et Le livrer. Souvenez-vous de ce que disait frère Théodore me concernant, avant de me trahir et de me diaboliser ! Frères, on peut connaître Dieu sans Le connaître. On peut connaître Jésus sans Le connaître. On peut connaître Le Fils de l’Homme sans Le connaître. Il n’y a qu’une seule façon de connaître le Seigneur : Par une révélation venant de Dieu. Je    ne condamne pas les Théo, les Paul, et tous ceux qui me diabolisent aujourd’hui ; car c’est la volonté de Dieu. Ils étaient tous là quand la sœur Marie a prophétisé, en disant que Dieu allait séparer les brebis des boucs. Aujourd’hui, il y a eu effectivement séparation entre nous. La question est maintenant de savoir qui sont les brebis, et qui sont les boucs. Que Dieu nous vienne en aide !

La Parole de Dieu, qui est cachée, et qu’on cherche en allant ici et là, est présentement à  Abidjan, en la modeste personne de votre serviteur frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme. Cette Parole n’est révélé qu’aux aigles qui s’assemblent autour du cadavre. Celui qui trouve ce cadavre trouvera aussi la Parole, car il est le voile qui cache la Parole Dieu. Le cadavre dont je vous parle est un cadavre qui se cache. Le Fils de    l’homme de ce temps prophétique de l’aube, est un Fils de l’homme qui se cache aussi. Mais à vos yeux, il n’est pas caché. Cette Parole est aussi en vous, vous qui croyez en Jésus-Christ par ma Parole, qui est la Manne Fraîche. Cette Manne Fraîche est une Parole qui se cache comme Dieu Lui-même. Elle se cache pour se révéler, et se révèle pour se cacher. Qu’il me soit permis de clore le chapitre concernant le lien prophétique entre la Parole de l’Ecriture d’AMOS 8 : 11 et celle de MATTHIEU 24 : 28, afin de revenir à notre sujet du jour.

Le baptême du Saint-Esprit est un acte Divin et surnaturel par     lequel Jésus, le Fils de l’Homme, a été consacré à Dieu le Père, qui L’a envoyé. Après Son baptême d’eau, le Saint-Esprit est descendu sur Lui, sous une forme corporelle, sous la forme d’une colombe. Ce jour-là, Il a reçu le Saint-Esprit, qui L’a rempli, et L’a poussé dans le désert pour jeûner et pour être tenté par le diable. Ce même jour, s’est accomplie cette Parole de l’Ecriture : « Et soudain entrera dans Son temple le Seigneur que vous cherchez. » (MALACHIE 3 :1). Le jour où Jésus a reçu le Saint-Esprit, c’était une  consécration. Après cette consécration, Il a jeûné    pendant quarante jours et quarante nuits. C’était une autre consécration. Jeûner selon la volonté de Dieu, c’est se consacrer à Dieu. Rempli du Saint-Esprit, Il a jeûné pendant quarante jours et quarante nuits dans le désert où Il a été tenté par le diable. Au terme de ce long jeûne, l’Ecriture dit qu’Il a été revêtu de la puissance d’En-Haut. Le revêtement de la puissance d’En-Haut et le baptême du Saint-Esprit, sont une seule et même chose. Dans LUC 4 :1, l’Ecriture dit : « Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et Il fut conduit par l’Esprit dans le désert. » Le Saint-Esprit qui est descendu sur Lui après le baptême d’eau,  L’a rempli. Mais Il n’était pas encore revêtu de la puissance d’En-Haut. C’est seulement après ce long jeûne de quarante jours et quarante nuits, qu’Il a été revêtu de la puissance d’En-Haut, qu’Il a été baptisé du Saint-Esprit et de Feu. L’Ecriture dit dans LUC 4 :14 : « Jésus revêtu de la puissance de l’Esprit retourna en Galilée. » Quand a-t-Il été revêtu de cette           puissance ? Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits. Ce revêtement de la puissance d’En-Haut était un acte de consécration pour Lui. Par le baptême d’eau, la réception du Saint-Esprit et le revêtement de la puissance d’En-Haut, Il s’est entièrement consacré à Celui qui L’a       envoyé, afin d’accomplir l’œuvre de Dieu.

Dans LUC 4 :18-19, Jésus dit :  « L’Esprit du Seigneur est sur moi. Parce qu’Il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux    pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour  publier une année de   grâce du Seigneur. » Dans cette Parole de l’Ecriture, Il a révélé quelques aspects de Son ministère, et ce pourquoi Il a été consacré. Frères, qu’il me soit permis de révéler quelque chose, en me référant à l’Ecriture qui se trouve dans ESAÏE 61 :1 « L’Esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi. Car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux. » Dans cette Ecriture, il est question de bonnes nouvelles (au pluriel) que le Fils de l’Homme doit annoncer. Mais dans LUC 4 :18, le Fils de l’Homme, Jésus-Christ de Nazareth dit qu’Il a été oint pour   annoncer une bonne nouvelle (au singulier). Comprenez-vous ce      mystère ? Parmi plusieurs bonnes nouvelles, Il en a annoncé une. Et les autres bonnes nouvelles, qui les annoncera ? C’est toujours le Fils de l’Homme. Mais Il changera de forme à travers les âges de l’Eglise. En effet, Il choisira des prophètes, qu’Il fera Fils de l’homme dans chaque âge. Puis Il mettra en eux Son Esprit, l’Esprit du Fils de l’Homme.   Ainsi chacun de ces Fils de l’homme portera dans son âge, une bonne nouvelle. En ce temps prophétique de l’aube, il y a une bonne nouvelle : La Manne Fraîche. Il y a aussi un Fils de l’homme, mandaté par      l’unique Fils de l’Homme.

Par l’Onction qu’Il a reçue du Père, Jésus de Nazareth, le Fils de l’Homme, a été mis à part pour accomplir une œuvre Divine bien précise : Annoncer une bonne nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs la délivrance, aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. Cette Onction, qui est le revêtement de la puissance d’En-Haut, L’a sanctifié et mis à part pour le Sacerdoce. Il ne pouvait pas commencer Son ministère prophétique en tant que Fils de l’Homme, sans passer nécessairement  par le baptême du Saint-Esprit. La consécration par le baptême du Saint-Esprit Lui a conféré la position de Fils et le pouvoir de faire ce que le Père devait faire. Cette position Lui a permis de prendre la place de Dieu sur la terre, étant Dieu Lui-même devenu homme. Il n’était donc pas un simple envoyé de Dieu sur terre, mais Dieu Lui-même manifesté en chair. En Jésus-Christ de Nazareth, Dieu n’a pas envoyé quelqu’un d’autre pour accomplir Son œuvre, mais Il s’est envoyé Lui-même. Il s’est donc consacré Lui-même pour accomplir Sa propre volonté. C’est ici la Manne Fraîche. Dieu n’a pas seulement consacré Jésus de Nazareth, mais Il s’est consacré Lui-même, en occupant la position de Fils. Qui est le Fils unique de Dieu,  Jésus-Christ de Nazareth ? C’est Dieu le Père devenu homme. Quand le Dieu Tout-puissant et Tout-suffisant est devenu un simple homme en Jésus-Christ de Nazareth, Il est aussi devenu Fils de Dieu. Quand la Parole, qui était Dieu, a été faite chair dans le sein de la vierge Marie, c’était une consécration. C’est dans son ventre que Dieu a formé un corps à Christ Son Fils unique, pour faire Sa volonté. Ce corps, était une chair du péché, destinée à porter nos péchés, nos douleurs, et nos souffrances, et à devenir péché pour nous. La formation de la chair du péché de Jésus est un acte de consécration.


LA FORMATION DU CORPS DE JESUS : UNE CONSECRATION.

Le corps de Jésus a été formé par Dieu dans un but bien précis. C’était donc un corps consacré pour être le temple du Saint-Esprit. Il a été aussi mis à part pour porter nos péchés et pour devenir péché pour nous. C’est un corps spécialement formé par Dieu pour l’accomplissement   d’une œuvre Divine d’importance capitale, comme vous pouvez le constater. Dans le Jardin de Gethsémané, ce corps du péché, qui était un corps saint, allait devenir péché, et allait se souiller. Le passage de la sainteté au péché, de la pureté à l’impureté, est un acte de consécration visant à ôter le péché du monde. Quand Jésus a bu la coupe, Il était devenu péché. En devenant péché, Il se consacrait, afin d’abolir le péché. Etant devenu péché, tout en Lui était devenu péché, sauf Sa Parole et Son esprit. Sa chair était devenue péché. Son Sang aussi était devenu péché. En buvant la coupe, Il prit nos péchés, et devint péché. Et Dieu L’abandonna. Savez-vous pourquoi Il dit : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Pourquoi Dieu L’a-t-Il abandonné. C’était parce qu’Il était devenu péché. Devenu péché, le Sang qui sortit de Lui quand on Le perça à la croix, était du sang impur, sale et souillé. Il n’y avait pas de vie dans ce sang-là. Je suis donc fort surpris d’entendre les chrétiens dire qu’ils boivent ce sang-là. Comment peut-on boire quelque chose que Dieu a abandonné? Cela prouve qu’on n’a aucune révélation. Vous avez appris qu’il a été dit que nous sommes réconciliés avec Dieu par le Sang versé à la croix. Mais moi, frère Christ-Moïse, le Fils de l’homme de ce temps prophétique de l’aube, je vous dis que nous ne sommes pas réconciliés avec Dieu par ce sang-là. Nous sommes réconciliés avec Dieu par le Sang de Jésus, mais pas par le sang versé à la croix. Car ce sang-là était impur. Le sang de la réconciliation ne peut pas être du sang impur. C’est donc par du sang pur que la réconciliation a été faite. Ce sang était du sang consacré pour la rédemption et la réconciliation. L’Ecriture dit que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. C’est juste. Mais, à la croix, Dieu n’était plus en Christ, car Il L’avait abandonné. Par conséquent la réconciliation n’a pas été faite à la croix. C’est ici la Manne Fraîche, la pure Parole. Qu’il me soit permis de vous rappeler que le processus de la réconciliation a commencé dans le jardin de Gethsémané, avant que Jésus ne boive la coupe. Quand Il priait, Sa sueur devint comme des grumeaux de sang. C’était ce jour-là, qu’Il a versé pour la première fois Son précieux Sang en vue de la réconciliation du monde avec Dieu. Le sang qu’Il versa ce jour-là, était pur et saint. Comparez cela à ce qui s’est passé dans le jardin d’Eden. Là-bas, le premier Adam a péché. Pour faire l’expiation de ce péché, Dieu a tué des animaux dont le sang a été répandu. Ce sang était pur. Vous voyez ! L’expiation s’est faite avec du sang pur. Cette expiation avait pour but la réconciliation de l’homme avec Dieu. Mais cette réconciliation n’était pas parfaite parce qu’elle était basée sur du sang animal. Si pour une réconciliation imparfaite, il a fallu du sang pur et innocent, qu’en sera-t-il pour une réconciliation parfaite et éternelle ? C’est donc avec du sang pur, saint et innocent que Jésus,  l’unique Agneau de Dieu, nous a réconciliés éternellement avec Dieu. Ce Sang pur, Il L’a d’abord versé sur la terre dans le jardin de   Gethsémané, avant de Le répandre au ciel dans le lieu très saint. A la croix, c’était du sang impur. Avant et après la croix, c’est du sang pur, saint et innocent. Avant Sa résurrection, la chair du péché de Jésus a été transformé en une chair de  justice et de sainteté. Dans cette   nouvelle chair, Dieu a mis du sang nouveau,  saint, pur et innocent. C’est avec ce nouveau sang et ce nouveau corps, qu’Il est monté dans le lieu très saint, afin d’obtenir pour nous une rédemption éternelle. Le processus de la réconciliation qui a commencé dans le jardin de  Gethsémané, s’est achevé dans le lieu très saint. Avec du sang pur.

Par Sa mort, Jésus s’est consacré à Dieu. Par Sa résurrection, Il s’est consacré à Dieu. Par Son élévation dans les lieux très élevés, où Il s’est assis à la droite de la majesté Divine, Il s’est consacré à Dieu. Par Sa naissance, Il s’est consacré à Dieu. Vous voyez ! Toute Sa vie est une consécration à Dieu. Son Sang pur était consacré, mis à part pour la réconciliation avec Dieu et pour la rédemption. Son sang impur était aussi consacré, mis à part pour anéantir le mur de séparation, l’inimitié, afin d’ouvrir le chemin de la réconciliation. Ce sang a un pouvoir réconciliateur et rédempteur. Je prie que Dieu vous aide à comprendre ces choses étranges destinées à votre perfectionnement. Le mystère de la consécration est tellement grand que je ne fais que l’effleurer. Intéressons-nous maintenant aux différents aspects de la consécration du Fils de l’homme du temps prophétique de l’aube. Nous verrons cela dans la prochaine prédication. Que Dieu vous bénisse !

Je vous aime.

A bientôt !

FRERE CHRIST-MOISE, LE FILS DE L’HOMME

Mise à jour le Samedi, 07 Mai 2016 16:54
 

Recherche

Sondage

Doit-on payer la dîme aujourd'hui ?
 

Partager avec vos amis

Delicious

Friends Online

Powered by EvNix